30 ans du tunnel sous la Manche : "Nous avons, Madame, désormais, une frontière terrestre", son histoire en 7 dates

Le 6 mai 1994, un vieux rêve se concrétisait. Un tunnel ferroviaire reliait enfin la France au Royaume-Uni. Le tunnel sous la Manche fête ses 30 ans ce lundi 6 mai 2024. Il est encore aujourd’hui le plus long tunnel sous-marin au monde. Un défi technique, politique et industriel.

Avec ses 50,5 kilomètres dont 37 sous la mer, le tunnel sous la Manche est probablement un des ouvrages d’art les plus audacieux en Europe au XXe siècle. Récit des moments forts de cette aventure humaine et technique. 

Un tunnel : un rêve depuis le XVIIIe siècle

Pendant deux siècles, une liaison terrestre entre l’Angleterre et la France a alimenté tous les fantasmes. En 1751, Nicolas Desmarets imagine la construction d’un tunnel. En 1803, Napoléon attend 3 ans de meilleures conditions météorologiques pour envahir l’Angleterre…

En 1856, le véritable initiateur du tunnel foré, l’ingénieur Thomé de Gamond présente un projet de tube de neuf mètres de diamètre comprenant une double voie de chemin de fer dont la ventilation est assurée par treize îlots artificiels avec puits. Ce projet reçut un accueil favorable de Napoléon III et de la reine Victoria (qui avoue son mal de mer à chaque traversée).

En 1881 une première galerie est creusée à 29 mètres de profondeur sous la mer. Un chantier vite interrompu par les Anglais pour des raisons de sécurité. Depuis le début du XIXe siècle, près de 138 projets ont été recensés.

Dans les années 1960, un nouveau projet surgit. "On a coutume de dire que le tunnel sous la Manche est une espèce d'histoire serpent de mer. Et, il va sans dire que tôt ou tard, la réalisation de cette traversée va se réaliser" déclare alors un officiel français... et il avait raison.

Des travaux sont entamés, une convention est signée en 1972 entre Français et Britanniques. Quelques centaines de mètres sont percées mais la crise économique pousse les Anglais à faire capoter le projet. 

1986 : le tunnel est confirmé... à Lille

Avec l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir en 1981, les discussions reprennent avec l'Angleterre toujours un peu frileuse sur le sujet. 

Lorsque l'on a la volonté, on peut toujours réussir à réunir, à rassembler, à relier des peuples que l'histoire et que tout rapproche.

François Mitterrand, président de la République à Lille, le 20 janvier 1986

Le 20 janvier 1986, le président François Mitterrand et le Premier ministre britannique Margaret Thatcher, à la mairie de Lille, annoncent leur décision de relier les deux pays par un double tunnel ferroviaire sous la Manche. François Mitterrand déclare alors : "lorsque l'on a la volonté, on peut toujours réussir à réunir, à rassembler, à relier des peuples que l'histoire et que tout rapproche". 

Le 12 février 1986, ils signent le traité de Canterbury qui officialise la construction et l’exploitation par des sociétés privées concessionnaires de la liaison, ce sera Eurotunnel. Le moment est historique. 

"Le chantier du siècle" commence en 1987

Le projet retenu, Eurotunnel, est le moins cher de l'appel d'offres. Il s'élève à 48 milliards de francs (Plus de 7 milliards d'euros). Un budget qui doublera au cours des travaux.

De chaque côté de la Manche, trois tunnels sont creusés à l’aide d’immenses tunneliers, de plusieurs mètres de diamètre. Le forage, dans une couche de craie située à une quarantaine de mètres sous le fond de la mer est difficile. Il commence côté anglais en décembre 1987, et en mars 1988 côté français. En avril 1989, la première sortie a lieu en France entre le puits de Sangatte et le terminal. 

Plus qu’une prouesse d’ingénierie, la construction du tunnel sous la manche a été l’occasion d’une mobilisation sans commune mesure de talents et de technologies. Pendant sept ans, près de 12 000 ouvriers se sont relayés jour et nuit sur le chantier, à 75 mètres sous le niveau de la mer au plus bas.

C’est donc à l’aide de tunneliers géants capables de creuser 150 mètres par jour que le tunnel prend forme. Les ouvriers grattent la terre qu'ils évacuent à l’extérieur. Puis, la paroi est tapissée de voussoirs en béton afin de créer une paroi intérieure. L’ensemble est ensuite étanchéifié pour pouvoir supporter l’humidité et la forte pression de l’eau. 156 kilomètres de galeries ont ainsi été creusés en un temps record. 

1er décembre 1990, la Grande-Bretagne n'est plus une île

Une des images les plus marquantes de cette aventure incroyable est celle de cette poignée de mains à des dizaines de mètres sous terre. Le 1er décembre 1990, à 12 heures, 12 minutes et 12 secondes, les derniers coups de marteau-piqueur viennent d’être donnés. La paroi cède, un trou apparaît, deux ouvriers se serrent la main. Un geste pour l’Histoire. D’un côté, le français Philippe Cozette, de l’autre, l’anglais Graham Fagg. Deux hommes pour une union sous la mer, tout un symbole.

Graham Fagg prend la parole en premier et lance, en français, "Bonjour mon ami", le calaisien Philippe Cozette lui réponds par "Welcome to France". Derrière eux, de part et d’autre, des cris de joie et des applaudissements.

La jonction des tunnels est un moment historique pour deux pays longtemps rivaux. Ce moment devant les caméras du monde entier finit aussi de convaincre les sceptiques : le tunnel percé entre Folkestone et Coquelles sera une réalité. Le chantier n’est alors qu’à mi-chemin.

L’inauguration, 6 mai 1994

En 1992, les premières navettes poids lourds arrivent sur le site, et les premiers essais à vitesse rapide ont lieu en septembre 1993. Le 10 décembre 1993, le chantier est terminé. Le 6 mai 1994, sous une fine bruine, deux Eurostar se rejoignent en gare de Coquelles (Pas-de-Calais).

La reine Elisabeth II retrouve alors le président François Mitterrand. Elle déclare, en français : "C'est la première fois dans l'histoire que les chefs d'Etat de France et Grande-Bretagne se rencontrent sans avoir dû prendre le bateau ni l'avion".

C'est la première fois dans l'histoire que les chefs d'Etat de France et de Grande-Bretagne se rencontrent sans avoir dû prendre le bateau ni l'avion.

Sa Majesté Elisabeth II, le 6 mai 1994

Les deux chefs d'Etat coupent ensuite un ruban en dentelle de Calais avant de prendre le shuttle à bord de la Rolls Royce royale, direction l'Angleterre.

En inaugurant ce tunnel, ils plaident tous les deux l’unité du continent. François Mitterrand déclare alors

"Ce nouvel axe de communication préfigure de manière exemplaire une Europe à la pointe de la technologie. Elle pourrait faire tellement plus unie et solidaire."

Ce nouvel axe de communication préfigure de manière exemplaire une Europe à la pointe de la technologie. Elle pourrait faire tellement plus unie et solidaire.

François Mitterrand, Président de la République, 6 mai 1994

Une inauguration presque 8 ans jour pour jour après le début du chantier. François Mitterrand déclarera aussi à la reine : "Nous avons, Madame, désormais, une frontière terrestre."

Automne 1994 : l’ouverture au public

On évoque un tunnel, mais en fait il y en a trois : deux grands parallèles, à sens unique. Complétés par un petit tunnel intermédiaire relié aux autres, conçu pour permettre aux passagers de sortir par la voie de service en cas d’incendie.

Lors des pics d'affluence, cinq à six trains peuvent rouler simultanément dans chaque sens. En fonction des besoins d'entretien et de travaux, les voies peuvent être utilisées dans les deux sens, deux aiguillages sous la mer permettent aux trains de passer d'un tunnel à l'autre quand cela est nécessaire.

En 30 ans, Eurotunnel est devenu synonyme d’une réussite commerciale, même si l'entreprise a connu des difficultés les premières années.

Tous les ans, 25% des échanges commerciaux entre l'Union européenne et le Royaume-Uni passent ainsi par le tunnel. En moyenne par jour, 400 trains y transitent et transportent 20 millions de voyageurs par an.

Le transport de passagers en automobile a augmenté de 6%  en 2023 avec 2,3 millions de véhicules transportés, soit une part de marché de 58%. La fréquentation des Eurostar a bondi, elle, de 29% avec 10,7 millions de voyageurs transportés. 

Des chiffres qui ne retrouvent pas encore les niveaux d'avant le Brexit. Il faut dire que la concurrence est rude avec les compagnies maritimes qui emploient à bas coût des marins étrangers.

Depuis 2022 : de l'électricité en plus du fret et des voyageurs

Dernier passager à emprunter le tunnel : l’électricité. Depuis mai 2022, Eurotunnel est acteur du secteur de l’énergie avec la mise en service de l’Interconnecteur à très haute tension ElecLink qui relie les réseaux de transport d’électricité de la France et de l’Angleterre.

C'est aussi via le tunnel que passe la fibre optique de Colt Technology, permettant une capacité de transfert de plusieurs térabits par seconde par paire de fibres, ceci sans les aléas que peuvent connaître les câbles en milieu sous-marin.


Infos pratiques

Évènement : Journée anniversaire des 30 ans du tunnel sous la Manche à suivre en direct sur hdf.france3.fr et sur France 3 Nord-pas-de-Calais

Date : 6 mai 2024 dès 8H00 sur notre site internet