Au moins 66 personnes escroquées par une entreprise d'installation d'équipements thermiques de Marcq-en-Barœul

Le parquet de Lille vient de mettre en examen trois représentants de la société AVEN Habitat, spécialisée dans l'installation d'équipement thermique à Marcq-en-Barœul, pour escroquerie. Le préjudice s'élève pour l'instant à 740 000 € et au moins 66 victimes.

Des certifications, des photos de travaux réalisés, "7 ans d'expérience"... À première vue, sur le site internet d'AVEN Habitat, rien à déclarer. Pourtant, les gérants de cette entreprise basée à Marcq-en-Barœul et spécialisée dans l'installation d'équipements thermiques, ont été placés en garde à vue puis déférés dans le cadre de l'ouverture d'une information judiciaire, déclare la Cour d'Appel de Douai. Trois hommes ont été mis en examen.

Sur ses réseaux sociaux et son site internet, l'entreprise promet d'accompagner ses clients dans la rénovation de leur habitat, tout en ayant la "possibilité de vous financer à 0%". Une manœuvre, qui s'avérera tout compte fait, frauduleuse.

Des demandes de crédit à l'insu des victimes

"Bénéficiez jusqu’à 20 000 € d'aides de l'état pour vos travaux de rénovation !" peut-on lire sur le site de la société. Mais Carole Étienne, Procureure de la République, détaille que les gérants trompaient leurs clients afin qu'ils "souscrivent des contrats de rénovation, d'isolation, de fourniture d'équipement de chauffage, de production d'eau chaude ou encore de réfection de toiture."

Si l'on poursuit la lecture sur le site, on tombe sur la phrase suivante : "MaPrimeRénov, primes CEE, On s'occupe de tout", ils ne pensaient pas si bien dire.

Les auteurs faisaient souscrire par les victimes des prêts destinés au financement des travaux, dont ils obtenaient le paiement immédiat grâce à des attestations de fin de travaux falsifiées, ou souscrivaient des demandes de crédit à l'insu de leurs victimes.

Carole Étienne

Procureure de la République

En effet, ils "faisaient souscrire par les victimes des prêts destinés au financement des travaux, dont ils obtenaient le paiement immédiat grâce à des attestations de fin de travaux falsifiées, ou souscrivaient des demandes de crédit à l'insu de leurs victimes." Une fois les devis signés, les travaux n'étaient "pas concrétisés" ou "présentaient des malfaçons majeures". Ce qui représente un vrai danger pour les habitants des biens concernés, allant jusqu'à "compromettre la salubrité", mais aussi "la structure des bâtiments."

66 victimes déjà identifiées

Jusqu'ici, les investigations menées dans le cadre de l'information judiciaire estiment que cette escroquerie a eu lieu de 2018 à 2024, "pour un produit évalué en l'état à plus de 740 000 €." À ce jour, 66 victimes ont été identifiées.

Aujourd'hui, ils sont près de 70 à avoir rejoint un groupe Facebook de victimes d'AVEN Habitat. L'un des internautes témoigne sur le groupe : "Nous lui avons fait faire une installation de chaudière à gaz, installation bien grand mot, que des malfaçons et depuis le 08/04/2023 plus de chauffage, ni d’eau chaude, et après plusieurs tentatives d’appels et messages auprès du gérant de la société Aven habitat, pas de réponse de sa part. Je n’ose indiquer le nombre de malfaçons faites."

Les personnes qui s'estiment victimes de la société marcquoise sont "invitées à se faire connaître auprès du procureur de la République de Lille" conclut le Parquet de Lille.