Cet article date de plus de 3 ans

À La Bassée, les gendarmes toujours bouleversés après le sacrifice d'Arnaud Beltrame

Des gerbes de fleurs avaient déposées spontanément vendredi soir devant leur caserne.
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © PASCAL PAVANI / AFP
Ils se trouvaient à près de mille kilomètres de la caserne de Trèbes, mais les gendarmes de La Bassée (Nord) n'en ont pas moins été ébranlés par l'attentat terroriste de l'Aude et surtout par le sacrifice d'Arnaud Beltrame, lieutenant-colonel promu colonel à titre posthume.

Il est allé jusqu'au bout de son serment


Devant cette caserne, vendredi soir, de nombreuses fleurs avaient été déposées en hommage au gendarme, dont la belle-famille est nordiste. Les militaires y étaient encore émus, ce mardi matin.

Émotion à la caserne de La Bassée après le sacrifice du gendarme Arnaud Beltrame ©France 3 Nord-Pas-de-Calais


"C'est un mélange de plusieurs sentiments" explique le lieutenant Barsac, "la tristesse parce que la gendarmerie c'est une grande famille" et un "sentiment d'honneur", car "il est allé jusqu'au bout de son serment."


Un serment qui, si on en croit la charte du gendarme affichée sur les murs de la caserne, "exige des qualités d'endurance physique et de résistance morale, qui peuvent aller jusqu'au sacrifice ultime".

"C'est une des premières choses qu'on nous apprend en école de gendarmerie" note le gendarme Lamouret. "On nous fait lire la charte et on nous la fait comprendre, surtout."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat dans l'aude faits divers attentat terrorisme