Bactéries E.Coli dans les pizzas Buitoni : que s'est-il passé dans l'usine de Caudry, dans le Nord ?

Publié le
Écrit par Baptiste Mezerette avec Martin Vanlaton

Le site de production de Caudry, à l'arrêt depuis le 18 mars, est le seul à fabriquer des pizzas surgelées Fraîch'up de la marque Buitoni. Les autorités sanitaires y ont détecté la présence de bactéries E.Coli, à l'origine de dizaines de contaminations et d'enfants malades en France.

L'usine de fabrication de pizzas de la marque Buitoni, à Caudry, est au coeur de la tourmente. Ce mercredi 30 mars 2022, les autorités sanitaires confirment dans un communiqué le lien entre la recrudescence de cas de contamination par la bactérie E.coli et la consommation de pizzas de la gamme Fraîch'up produites dans le Nord.

Chaîne de production à l'arrêt

Depuis le 18 mars 2022, et l'annonce du rappel massif de ces pizzas surgelés, les deux lignes de fabrication du site de Caudry sont à l'arrêt. Des analyses menées sur le site par la direction générale de la santé révèlent la contamination des produits par des bactéries Escherichia coli (E.coli) productrices de Shiga-toxines.

De son côté, l'entreprise Buitoni (Nestlé) ne confirme pas la présence de ces bactéries dans ses pizzas. "A ce stade, nous sommes dans l'investigation pour comprendre ce qu'il se passe", a déclaré Jérôme Jaton, directeur général industriel de Nestlé France, lors d'une conférence de presse donnée en visioconférence depuis le site de Caudry, mercredi 30 mars.

Ce dernier affirme également que 74 prélèvements ont été réalisés en interne, sur les lignes de fabrication et dans le reste de l'usine. Le PDG évoque des "prélèvements négatifs". Il ajoute : “nous sommes en permanence en contact avec les autorités [...] Et nous prendrons toutes nos responsabilités."

16 cas de SHU en Hauts-de-France

Le syndrome hémolytique et urémique (SHU) provoqué par les contaminations à l'E.coli n'a rien d'anodin et peut s'avérer mortel chez l'enfant. A ce jour, deux personnes sont décédées en France. Au 28 mars 2022, la direction générale de la santé a détecté 75 cas de SHU sur le territoire. 41 cas identifiés présentent des caractéristiques similaires. C'est 14 cas de plus par rapport au dernier point de situation du 17 mars. 34 cas supplémentaires sont en cours d’investigation. Dans les Hauts-de-France, la région la plus touchée jusqu'ici, le nombre s'élève à 16 cas.

Le 28 mars dernier, Audrey Drouart, habitante d'Ardres (Pas-de-Calais), témoignait auprès de France 3 Nord Pas-de-Calais, alors que son garçon de 3 ans venait de frôler la mort. Le petit, qui avait mangé une pizza Fraîch’Up quelques jours plus tôt, avait été héliporté au CHU de Lille, dans un état très grave.

Aujourd’hui, la mère de famille demande à être "dédommagée" par l'entreprise. Car, si le pronostic vital de l'enfant n’est plus engagé, ce dernier reste “traumatisé”. “Chaque nuit, il fait des cauchemars, aujourd’hui il ne va plus au pot car il a peur que ça brûle, que ça pique. C’est compliqué.” La jeune femme affirme ne pas “avoir eu de contact”, avec l’entreprise Buitoni. “Je veux qu’ils reconnaissent leur responsabilité", dit-t-elle. Pour l'heure, elle n'a toutefois pas prévu de porter plainte.

Ouverture d'un numéro vert

Combien de consommateurs potentiels ont été contaminés jusqu'ici ? La question reste en suspens. "Nous ne savons pas", assure Jérôme Jaton. Toutes les pizzas commercialisées depuis juin 2021 sont concernées par le rappel de produits. Donc potentiellement contaminées ? Avant cette crise, l'usine de Caudry fabriquait environ 100.000 pizzas Fraîch'up par semaine. Soit plus de 14.000 unités par jour.

En conférence de presse, le directeur général de Nestlé France a affirmé que le site de production de Caudry n'avait "jamais" connu d'anomalies sanitaires précédentes. "Nous avons un processus de contrôles sanitaires bien établi dans nos usines, a-t-il précisé. Tous sont négatifs, tout est dans les normes."

Pour l'instant, l'heure n'est pas à la réouverture des chaînes de fabrication sur le site nordiste. Elles seront relancées “quand nous serons certains que tout va bien", a expliqué Jérôme Jaton.

Face à cette situation, les autorités sanitaires rappellent que les personnes qui détiendraient des pizzas Fraîch’Up de marque Buitoni ne doivent pas les consommer et les détruire. En parallèle, Buitoni a mis en place un numéro Vert à destination des familles : 0 800 22 32 42.