Dimanche en politique : Les élections sénatoriales le 24 septembre prochain. A quoi ça sert ? Qui vote ? Qui est candidat ? On fait le point.

Le Sénat est renouvelé par moitié tous les 3 ans. Les sénateurs sont élus pour 6 ans. Cette année le Nord et le Pas de Calais renouvellent leurs élus. Vous n’en avez pas entendu parler ? C’est normal. Ce sont les grands électeurs qui sont appelés à voter.

Les grands électeurs, ce sont les élus du conseil départemental, du conseil régional, les députés et sénateurs du département concerné, les élus territoriaux et les délégués des conseillers municipaux. Ces derniers représentent 95% du collège électoral.

C’est un scrutin de liste à la proportionnelle dans nos deux départements. 11 places sont à pourvoir dans le Nord. 7 dans le Pas-de-Calais.

Cette année, record du nombre de listes en compétition dans le Nord : 16 listes. 8 dans le Pas-de-Calais.

durée de la vidéo : 00h01mn24s
Les sénatoriales mode d'emploi avec Simond Colaone. ©France télévisions

Pourquoi autant de listes ?

Le politologue Tristan Haute nous l’explique notamment par un effet « parité ». Les listes doivent être panachées, un candidat sur 2 est une femme. Or, on ne sait jamais combien la liste obtiendra de siège. Certains préfèrent donc mener leur liste en solitaire pour avoir plus de chance d’être élu.

Autre explication du politologue, « les personnalités » de chaque candidat et la volonté de représenter « un territoire » plus particulièrement.

Cette année, les listes divers droite sont très nombreuses. Mais la gauche aussi part en ordre dispersé sans accord NUPES et avec une dissidence socialiste (CF article Martine Filleul).

durée de la vidéo : 00h01mn03s
Patrick Kanner et Marc-Philippe Daubresse débattent de la lutte contre l'inflation sur le plateau de Dimanche en Politique. ©France télévisions

Comme le Sénat est réélu par moitié, la probabilité d’un changement de majorité est quasiment nulle. La chambre haute devrait donc rester à droite. Mais il s’agit pour chaque formation politique de ne pas perdre de siège. L’enjeu pour des partis comme le RN ou LFI est de faire entrer un élu au Palais du Luxembourg. Seulement, faute d’avoir beaucoup d’élus locaux (donc de grands électeurs encartés), la tâche est ardue. Le parti présidentiel Renaissance aussi, compte peu d’élus locaux, l’enjeu sera donc de conserver ses sièges de sénateurs.

Et pour en savoir plus sur les sénatoriales. Rendez vous dans Dimanche en politique ce dimanche 17 septembre à 11h25.

Invités :

Frédéric Marchand. Sénateur sortant - Candidat Renaissance du Nord

Patrick Kanner. Sénateur sortant - Président du groupe PS

Marc-Philippe Daubresse. Sénateur sortant - Candidat LR

Christophe Szczurek - Candidat RN du Pas-de-Calais