Abus des laboratoires, héros de guerre, patrons solidaires : le festival international du grand reportage de retour à Douai

Publié le
Écrit par Yacha Hajzler

Pour sa 29ème édition, le FIGRA a de nouveau posé ses valises à Douai. Comme de coutume, la programmation composée de 78 films couvre un large spectre : actualité régionale ou internationale, pour dénoncer ou raconter... Le festival se veut un outil de "compréhension du monde".

Du 31 mai au 5 juin, Douai ouvre grand la porte qui donne sur le reste du monde : pour la deuxième année consécutive, la ville du Nord accueille le Festival international du grand reportage d'actualité et du documentaire de société (FIGRA). Comme à chaque édition, la programmation du festival mêle scandales de l'actualité, portraits touchants, éclairages sur l'histoire et belles histoires. 78 films seront projetés lors de cette 21ème édition. 

La ville de Douai, pleinement engagée dans l'événement, qui accueillera aussi des oeuvres de théâtre et expositions photos, met à disposition son patrimoine historique pour servir de cadre à l'événement et offrir un décor idéal aux projections. Le cinéma Majestic, le théâtre de Douai mais aussi le musée de la Chartreuse et le conservatoire municipal seront ainsi réquisitionnés. 

Climat, résistance, conflit social : les productions du Nord à l'honneur

Historiquement ancré dans le Nord, le FIGRA réserve toujours une partie de sa sélection aux reportages réalisés en région et en Belgique voisine, ou qui parlent du territoire. C'est par exemple le cas de "Sauvons les enfants", qui retrace l'action héroïque de 23 cheminots lillois pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que quelque 600 juifs du Nord ont été raflés, et attendent en gare de Lille d'être déportés, le groupe de résistant va réussir à faire sortir, un par un, une quarantaine de personnes arrêtées, en majorité des enfants. Plus récemment, le film belge "Shift" suit le combat de Jean-Bernard, un coursier à vélo poursuivi en justice par la plateforme Deliveroo pour avoir dénoncé ses conditions de travail. Egalement produit en région avec le soutien de Pictanovo, on trouve à l'affiche "Retour à l'âge de glace - L'hypothèse de Zimov", annoncé par cette déroutante question : "Et si l'avenir de notre planète dépendait du retour des grands herbivores dans les steppes de Sibérie ?"

Les failles du système de santé à la loupe

Pour plusieurs réalisateurs, la pandémie aura été l'occasion de disséquer les failles et les défaillances de notre système de santé à échelle nationale et mondiale. L'un des reportages d'ouverture du festival, intitulé "La diplomatie du vaccin", revient sur la folle course et la concurrence acharnée dans laquelle se sont lancés les laboratoires pharmaceutiques, mais aussi les gouvernements et même les continents entre eux. Le long-métrage "Malades sans ordonnance" interroge, lui, la responsabilité des laboratoires dans les pénuries répétées de médicaments qui ont aussi touché l'hexagone. En 2020, plus de 2500 ruptures d'approvisionnements étaient constatées en France. "La fabrique du soin", un 52 minutes, est pour sa part une immersion au CHU de Clermont-Ferrand, où soignants et direction tentent de conjuguer leur mission de service public et leurs faibles moyens. Egalement à citer pour la perspective qu'il apporte, le film "69 année pandémique" nous rappelle qu'il y a cinquante ans, une autre pandémie avait fait plus d'un million de morts à travers le monde, "un miroir qui nous révèle ce que nous vivons aujourd'hui."

"Une place majeure dans la compréhension du monde"

"Découvrir le programme du FIGRA avec l'écho des bombes qui tombent sur l'Ukraine donne à cette 29ème édition une place majeure dans la compréhension du monde", estime gravement Georges Marque-Bouaret, délégué général du FIGRA. Comme toujours, le festival n'a détourné les yeux sur aucun sujet, pas même les plus difficiles. La soirée d'ouverture du mardi 31 mai sera consacrée au documentaire inédit "Sous la loi des talibans", qui chronique le retour de la terreur en Afghanistan, à partir de la prise de Kaboul par les talibans le 15 août 2021, à la faveur du retrait américain. Dans les sélections de la compétition internationale, on retrouve également le long-métrage "Chine, le drame Ouïghour", qui interroge les motivations du parti communiste chinois, engagé depuis plusieurs années dans un véritable génocide

Mais l'actualité, ce n'est pas que le drame, et on pourra aussi visionner au FIGRA des histoires de réussites, d'engagement, de solidarité. Le 3 juin sera par exemple diffusé le film "Petits patrons au grand coeur", qui suit des artisans mobilisés pour empêcher l'expulsion de leur apprentis sans-papiers. 

La liste des films, le programme et l'intégralité des animations sont à retrouver sur le site FIGRA.fr.