Douai : les transports en commun gratuits pour tous à partir du 1er janvier 2022, "une belle victoire pour les citoyens"

Le syndicat mixte des transports du Douaisis a adopté la gratuité des transports en commun dès le 1er janvier 2022. Le réseau Évéole, composé d’une vingtaine de lignes de bus, sera donc accessible à tous gratuitement. Soit 220 000 habitants concernés.

Image d'illustration d'un bus à Douai.
Image d'illustration d'un bus à Douai. © Eveole

En septembre 2018, Dunkerque devenait la plus grande agglomération de France et d’Europe à instaurer la gratuité des transports en commun sur tout le réseau. Trois ans plus tard, Douai va lui voler ce titre puisque le réseau Évéole, qui couvre un territoire de 220 000 habitants, s’apprête a devenir totalement gratuit dès le 1er janvier 2022.

Le syndicat mixte des transports du Douaisis (SMTD) a voté cette proposition à l’unanimité, mercredi 26 mai. Au total, 22 lignes sont concernées auxquelles il faut ajouter le transport à la demande dans les zones les plus rurales mais également la navette du centre-ville de Douai. L’accès aux bus sera libre pour tous, sans carte ni validation. 

Un choix politique salué par le président du syndicat. "On est dans un territoire où le niveau des rémunérations est relativement faible et le chômage très élevé, constate Claude Hego, également maire de Cuincy. C’est un atout social et économique très important. De plus,  il y a une pollution notable en terme de particules dans l’agglomération de Douai, donc on devrait résoudre une partie de la problématique autour de l’automobile".

Une idée sur la table depuis plusieurs années

L’idée n’est pas nouvelle, comme l’explique Alain Bruneel, député communiste de la circonscription qui milite pour la gratuité des transports depuis plusieurs années. "En 2014, le syndicat mixte des transports a supprimé le transport gratuit des collégiens et des lycées. Ça a été une bataille avec les parents d’élèves pour rétablir ce qui avait été supprimé. Mais j’ai été destitué de mon poste de vice-président du syndicat, explique le député. Il y a eu un changement de présidence en 2018 et un dialogue s’est à nouveau instauré".

En fin d’année 2020, la billettique du réseau est jugée obsolète et des réflexions sont menées pour renouveler tout le système. Coût estimé : 3 millions d’euros, sans oublier la maintenance. "Les politiques se sont demandé s’il fallait mettre des moyens importants pour renouveler la billettique avec l’hypothèse qu'on allait peut être aller vers la gratuité totale du réseau", raconte Claude Hego.

"Il n’y a pas de signe de distinction, la gratuité met tout le monde au même niveau".

Alain Bruneel, député PCF du Nord

L’agglomération de Douai commande alors une étude pour évaluer le coût et la faisabilité de la généralisation de la gratuité des transports. Suite aux résultats encourageants, l'agglomération a voté cette proposition, par la suite entérinée par le syndicat à l’unanimité.  "C’est une belle victoire et les gagnants sont les citoyens", résume le député Bruneel. "Il n’y a pas de signe de distinction, la gratuité met tout le monde au même niveau. C’est également une économie importante pour les familles qui ont deux ou trois enfants et donc deux ou trois abonnements à payer. Enfin, c’est une bonne chose pour la planète puisque ça va créer le changement d’habitude pour passer de la voiture au bus".

Plus 10% de fréquentation aux heures de pointe

Selon les études menées, la fréquentation devrait augmenter de 10% aux heures de pointe sur le réseau. "On a donc décidé d’augmenter notre capacité en bus en achetant 12 bus articulés de 18 mètres qui roulent au gaz naturel pour palier à cette hausse de la fréquentation pendant les heures de pointes", annonce le président du syndicat mixte des transports. "Soit presque 20% de la flotte actuelle supplémentaire, et propre".

Au-delà de l'investissement dans une dizaine de bus supplémentaires, il faut ajouter le coût de la mise en place de la gratuité des transports. En 2019, la billettique représentait 3 millions d’euros, soit 13% des recettes annuelles. Une perte sèche donc. "Avec la gratuité, on supprime en contrepartie la billettique et donc la partie fraude, la gestion… C’est une économie directe d’investissement de 3 millions d‘euros parce qu’on devait changer toute la billettique, sons compter la maintenance de 300 000 euros par an, calcule le président du syndicat. Nous avions trois agences commerciales et nous allons en supprimer 2, soit des frais de fonctionnement important en moins pour les locaux et le personnel". Au total, 16 personnes concernées par une suppression d’emploi vont être reclassées dans le réseau.

"La gratuité a un coût"

"Quand on fait tous les plus et tous les moins, il y a à peu près 3 millions d’euros qui manquent, conclut le président du syndicat. Les deux collectivités actionnaires de notre syndicat se sont engagées à compenser ces pertes". Ainsi, la participation annuelle de l’agglomération de Douai va passer de 5 à 7 millions d’euros. Celle de la communauté de communes voisine du coeur d’Ostrevant va passer de 1 à 2 millions d’euros. "C’est un coût supplémentaire annuel de 2 millions d’euros environ pour l’agglomération, confirme Christian Poiret, président de Douaisis agglo. Nous avons des finances saines et faisons beaucoup de développement économique. Le fait que cette gestion est saine doit revenir aux habitants. Je vous confirme qu’il n’y aura pas d’augmentation de fiscalité puisque cet argent vient de nos fonds propres".

"Je vous confirme qu’il n’y aura pas d’augmentation de fiscalité puisque cet argent vient de nos fonds propres".

Christian Poiret, président de Douaisis Agglo

"La gratuité a un coût certes, mais ce coût est pris en charge par les 2 agglomérations et financé soit par le biais des entreprises soit par des ressources spécifiques, complète le député communiste Alain Bruneel. C’est un choix, un choix politique. Mon seul regret, c’est que l’État ne soit pas au rendez-vous en terme de subvention pour les territoires qui décident de mettre en place la gratuité des transports".

Plus grand réseau de transports gratuits de France

Avec cette décision, l’agglomération de Douai va devenir le plus grand réseau de France en terme de population à mettre en place la gratuité des transports, avec ses 220 000 habitants potentiellement concernés. À titre de comparaison, l’agglomération dunkerquoise compte un peu moins de 200 000 habitants. "J’espère qu’on sera rapidement détrônés, ironise le député communiste. Ça voudrait dire que les grandes agglomérations comme Lille passeraient aussi à la gratuité, et ça serait tant mieux".

Dans la région des Hauts-de-France, plusieurs villes proposent déjà la gratuité totale des transports : Dunkerque dans le Nord, Calais dans le Pas-de-Calais, Péronne dans la Somme ou encore Compiègne depuis … 1975. Dans la métropole de Valenciennes, monter dans un bus ou dans un tram est gratuit pour les moins de 25 ans. À Lille, les transports deviennent gratuits pour tous lors des pics de pollution… tandis qu’à Amiens, le bus est gratuit tous les samedis.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports