Une policière porte plainte pour "agression sexuelle" contre son collègue à Douai, une enquête est ouverte

Cette sous-brigadier de police de Douai (Nord) accuse son collègue d'avoir "frotté" mardi 6 juin matin son sexe contre ses fesses. La direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a confirmé l'ouverture d'une enquête.

Une enquête a été ouverte après la plainte d'une policière de Douai contre un collègue pour "agression sexuelle", a appris l'AFP auprès de la police, des faits commis en présence d'autres fonctionnaires selon l'avocate de la plaignante.

Cette femme de 35 ans, sous-brigadier de police, accuse le policier quadragénaire d'avoir "frotté" mardi 6 juin matin son sexe contre ses fesses, a expliqué à l'AFP son avocate Maître Sarah Bensaber, confirmant une information de la Voix du Nord.

Elle a constaté "juste après l'agression", que "la braguette de cet homme était ouverte", a-t-elle précisé.

"Propos" et "comportement" déplacés

Selon la plaignante, le quadragénaire "avait déjà eu des propos et un comportement déplacés que ma cliente avait signalés à sa hiérarchie", a poursuivi l'avocate.

Les faits dénoncés se sont produits dans un commissariat où la policière "a déposé plainte quelques minutes après".

"A mon sens, on avait tous les éléments réunis pour interpeller cet homme en flagrance, et je ne comprends pas pourquoi il n'a pas immédiatement été placé en garde à vue", a déploré Maître Bensaber.

Elle a aussi regretté "qu'à sa connaissance", le policier n'ait "pas été suspendu" à ce stade.

"D'autres fonctionnaires se trouvaient dans la pièce" au moment de l'agression, a-t-elle ajouté, espérant qu'ils seront entendus par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), qui mène l'enquête selon elle.

Contactée par l'AFP, la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a confirmé l'ouverture d'une enquête sans plus de détails. Le parquet de Douai n'était pas joignable dans l'immédiat.

Avec AFP