Covid-19 : mise en place d'un confinement le week-end dans l'agglomération de Dunkerque, 250 000 habitants concernés

Au terme d’une visite à l’hôpital de Dunkerque et une réunion avec les élus locaux de la Communauté urbaine, Olivier Véran a annoncé la mise en place d’un confinement similaire à celui décrété dans les Alpes-Maritimes, dès ce week-end.

Image d'illustration
Image d'illustration © Frédérik Giltay / France 3 Hauts-de-France

L'annonce était attendue par les Dunkerquois, résignés. Alors que le taux d'incidence atteint 901 pour 100 000 habitants dans l'agglomération, un record, Olivier Véran était en visite à Dunkerque ce mercredi 24 février.

Au terme d'un échange avec les élus locaux, il a annoncé la mise en place d'un confinement dès vendredi et pour les deux prochains week-ends au moins dans la Communauté urbaine de Dunkerque et la communauté de communes des Hauts-de-Flandre, malgré la demande des élus d'obtenir une "dernière chance".

Confinement dès ce week-end

Les élus de la Communauté urbaine de Dunkerque avaient demandé une "dernière chance" au gouvernement afin d'éviter un nouveau confinement. 

Face à la stratégie du zéro rassemblement / zéro regroupement prônée par le maire de Dunkerque, Olivier Véran a décrit une situation "alarmante" sur le territoire, obligeant le gouvernement à prendre des mesures plus drastiques. Le ministre de la Santé a annoncé la mise en place d’un confinement partiel le week-end, comme celui annoncé il y a quelques jours dans les Alpes-Maritimes.

Dès ce-weekend (et pour les deux prochains week-ends au moins), près de 250 000 habitants de la Communauté urbaine de Dunkerque et de la communauté de communes voisine des Hauts de Flandre seront donc confinés. Ces habitants sont invités à rester chez eux du vendredi soir, 18 heures, au lundi, 6 heures. Les commerces, autres qu'alimentaires, seront ainsi fermés le week-end. La préfecture du Nord devrait communiquer les modalités de ce confinement dans les prochaines heures.

En complèment de ces mesures, d'autres décisions ont été prises : 

De plus, la vente d'alcool à emporter et la consommation d'alcool sur la voie publique est interdite dans tout le département du Nord.

"La situation épidémique est alarmante"

Avant l'annonce de ces mesures, le ministre de la Santé était en visite à l'hôpital de Dunkerque, totalement saturé : 86 patients sont actuellement hospitalisés et les 12 lits de réanimation disponibles sont occupés. La moyenne d’âge des patients Covid a baissé de 7 ans par rapport aux premières et secondes vagues.

Depuis le 1er février, 61 transferts de patients en réanimation ont eu lieu vers les autres hôpitaux de la région, notamment grâce à la solidarité régionale. Mais cette solidarité a ses limites, a prévenu le directeur régional de l’ARS Benoit Vallet, expliquant que les 700 lits de réanimation actuellement disponibles dans les Hauts-de-France se remplissent très rapidement.

"La situation épidémique est alarmante. Il nous faut transférer des malades dans d’autres hôpitaux de la région, mais demain, c’est probable, dans d’autres régions".

Olivier Véran, ministre de la Santé, lors d'un point presse à Dunkerque mercredi 24 février

Ainsi, des transferts de patients en réanimation à l'hôpital de Dunkerque vers des hôpitaux d'autres régions sont très probables ces prochains jours, a indiqué le ministre de la Santé. Par ailleurs, 16 700 doses de vaccin supplémentaire vont être débloquées à destination de Dunkerque dans les prochains jours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement