A Dunkerque, la polémique enfle autour de la pêche électrique : “La mer est vide”

Illustration. / © MAXPPP
Illustration. / © MAXPPP

La question de la pêche électrique, qui doit être discutée mardi au Parlement européen, touche de plein fouet les professionnels de la mer de la région. 

Par Jeanne Blanquart avec Lila Haffaf

A Dunkerque, les bateaux étaient à quai, vendredi. A chaque sortie en mer et depuis plusieurs années, les pêcheurs, comme Frédéric Drogerys, retrouvent des poissons morts, électrisés dans leurs filets. "Avec le courant, les poissons morts qui ont été électrifiés se retrouvent dans nos filets. On les relève et on les voit tachés de petites brûlures. Tous les jours on en voit des dizaines", constate Frédéric Drogerys, président du comité départemental des pêches du Nord. 

Dunkerque : la polémique enfle autour de la pêche électrique

La pêche électrique est une technique utilisée par les Pays Bas. Elle consiste à électriser les poissons dans les fonds marins, pour les faire remonter dans les filets. Pour l'instant, l'Union européenne n'autorise cette technique que par dérogation.


"La mer est vide"


Pour les pêcheurs de la Côte d'Opale, la pêche électrique est une catastrophe. Elle appauvrit les fonds marins et oblige les pêcheurs à aller de plus en plus loin pour trouver du poisson. "La mer est vide, il n'y a pas de poisson. Toutes les trésoreries sont à zéro, et s'il n'y a pas de soles qui arrivent avant le mois de mars, on ne passera pas le 31 mars", alerte Philippe Nowé, pêcheur. 

Ce vendredi matin, Dominique Riquet, eurodéputé du Nord, était ainsi aux côtés des pêcheurs de la côte. Il rappelle la nécessité de supprimer cette pêche, dans toute l'Union européenne. "Il y a des doutes très importants sur l'innocuité de cette pêche, qui non seulement détruit probablement la ressource mais en plus affecte gravement les fonds marins", indique l'eurodéputé. "C'est contraire à tous les principes qui régissent jusqu'ici le fonctionnement de l'Union Européenne."

Le texte de loi sur la pêche électrique sera voté mardi en séance plénière au Parlement européen.


Sur le même sujet

Lille : un capitaine de la gendarmerie accusé de harcèlement moral, de racisme et d'homophobie

Les + Lus