La LFP acte l'arrêt définitif des championnats : le RC Lens promu en Ligue 1, le LOSC en Ligue Europa, Amiens en Ligue 2

La Ligue de Football Professionnel a arrêté les classements des championnats de Ligue 1 et Ligue 2 ce jeudi.

© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Finalement, il n’a pas fallu attendre trop longtemps pour connaître la décision de la Ligue du football professionnel (LFP), sur la question épineuse de l’arrêt des championnats, fortement discutée depuis l’annonce du plan de déconfinement mardi par le Premier ministre.

Ce jeudi matin, le Bureau de la Ligue, qui n’a pas de pouvoir décisionnaire, s’est réuni pour faire des propositions  sur les modalités de classement entraînées par un arrêt définitif des compétitions. Propositions soumises au conseil d’administration qui a enchaîné à 15h.

A 17h10, la LFP a finalement suivi les injonctions sanitaires du gouvernement français en actant l'arrêt définitif de la saison du championnat de France, arrêtant en conseil d'administration un classement qui sacre le PSG.
   

Lens de retour en Ligue 1


Cette décision fera des heureux, comme Marseille et Rennes, qualifiés ainsi pour la Ligue des champions, et des perdants, comme le LOSC, seulement qualifié pour la Ligue Eruopa ou  Lyon, relégué à la 7e place et privé, en l'état, d'une qualification européenne pour la première fois depuis plus de vingt ans, selon le "classement final" dévoilé par la LFP en conférence de presse téléphonique.

Amiens et Toulouse seront pour leur part relégués, et Lorient et le RC Lens promus de Ligue 2.
 
"Dans un moment complexe, et au bout d’une saison que nous aurions tous aimé complète, je ne peux que me réjouir de la décision de la Ligue de Football Pro, qui dans ses décisions relatives aux modalités de fin de la saison 2019-2020 a prononcé la montée en Ligue 1 Conforama du Racing Club de Lens", a réagi le président et actionnaire majoritaire du RC Lens, Joseph Oughourlian, sur le site officiel du club artésien. "Ce sont des actes sages et justes selon moi".

"Ma première pensée va aux Lensoises et aux Lensois, à ce peuple du Nord qui chaque jour, soignants, commerçants, agents publics, se battent contre la pandémie", a-t-il ajouté. "Qu’ils en soient remerciés, ils font notre admiration et puisse ce moment leur donner un surcroît de bonheur et de force. (...) Ce qui nous attend est exigeant. Nous ferons tout pour être à la hauteur de ce défi exaltant. Nous nous sommes battus pour cela, donc nous serons humbles mais déterminés à tenir notre rang". 
 

Ces décisions sont actées et solides. Le Conseil d'administration fait foi.


Par cette décision, la LFP a mis fin aux dernières inquiétudes des uns et aux ultimes espoirs des autres, deux jours après les propos du Premier ministre selon qui "la saison 2019-2020 de sports professionnels ne pourra(it) pas reprendre".

 "Cette déclaration ne souffre d'aucune ambiguïté. Nous devions prendre une décision ferme et définitive sur la saison en cours. Nous avons acté la fin de la saison 2019-2020", a confirmé Nathalie Boy de la Tour, la présidente de l'instance organisatrice de la L1, avant que Didier Quillot, le directeur général exécutif, ne dévoile le classement. "Ces décisions sont actées et solides. Le Conseil d'administration fait foi", a martelé Nathalie Boy de la Tour, alors que certains acteurs du football français évoquaient la nécessité d'un vote en Assemblée générale de la LFP, prévue le 20 mai.

Le mode de calcul du classement retenu par la Ligue est celui qui a été préconisé pour les championnats amateurs par Noël Le Graët, le président de la Fédération française (FFF), à savoir un quotient "nombre de points par matches joués". Car en Ligue 1, le  PSG et Strasbourg n’avaient pu s’affronter. En Ligue 2 en revanche, tous les matches de la 28e journée avaient eu lieu, même celui du lundi 9 mars, Lens-Orléans, joué à huis clos. Un résultat crucial car la victoire (1-0) arrachée par les Sang et Or leur permet aujourd’hui de retrouver l’élite, après un début d’année mouvementé et le limogeage de l'entraîneur Philippe Montanier.
 

Un feuilleton pas terminé


Le PSG décroche ainsi logiquement son 9e titre de champion, égalant Marseille, à une longueur du record de l'AS Saint-Etienne (10 titres). Accompagnant Paris en Ligue des champions, l'OM, bon dauphin, retrouvera pour sa part la phase de groupes de C1, une qualification inédite depuis 2013 qui fera du bien à ses finances. Tandis que Rennes, 3e et qualifié au moins pour les tours préliminaires de l'épreuve-reine européenne, aura l'opportunité de la disputer pour la première fois de son histoire.

De son côté, le LOSC se contentera de la Ligue Europa. Nice et Reims, 5e et 6e, sont aussi en pole pour la C3, dans le cas de figure où il n'y aurait pas de possibilité de disputer les finales de Coupes, des rencontres pour lesquelles l'"objectif" est qu'elles soient organisées début août. 

Ces deux derniers jours, le microcosme du football français s’était déchiré autour des scenarii de fin. Chacun défendait son intérêt, et avait sa formule magique à proposer : des play-offs pour le président lyonnais Jean-Michel Aulas ; une directive de l’UEFA que le Lillois Gerard Lopez a interprété et soumettant à la LFP un projet de classement avec simulation des matches via une formule mathématique avant la réunion de ce jeudi. Mais le président du LOSC n’a pas réussi à convaincre pour récupérer la 3e place du championnat qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions.
 
"Comme plusieurs autres clubs, nous estimons que ces options auraient mérité d’être collectivement étudiées et discutées dans les délais raisonnables ouverts par l’UEFA à cette fin", commente Gerard Lopez dans un communiqué diffusé sur le site officiel du club. "Sur le plan strictement sportif, le LOSC se projette désormais vers la saison prochaine, avec une nouvelle participation en coupe d’Europe que nous envisagions plus belle encore mais qui nous rend fier". 
 
Qu’en est-il en revanche pour l’accès en Ligue 2 ? Logiquement, Pau et Dunkerque, avec un classement figé en championnat de National 1, devraient monter. Mais là, la décision appartient plutôt à la FFF, qui gère ce championnat "amateur". Ils remplaceraient les deux derniers de Ligue 2, Le Mans et Orléans. A moins qu’il n’y ait une deuxième division à 22 clubs la saison prochaine ?

On peut s’attendre à tout dans cette gigantesque foire d’empoigne déclenchée par Edouard Philippe mardi… Il faut s’attendre en effet à des recours des clubs mécontents devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) ou le tribunal administratif. "Juridiquement, nous devons voir si cette décision est fondée", estime Bernard Joannin, président d'Amiens SC. "Dans le monde amateur comme professionnel, plusieurs présidents sont très déçus de cette décision qui ne porte pas d'équité sportive. Il restait 30 points à distribuer et nous étions à quatre longueurs de Nîmes ! Le foot a manqué d'humanité dans cette décision".
 
Réaction de Bernard Joannin, président d'Amiens SC

"Bien sûr qu'il y aura des recours, des clubs ne sont pas satisfaits de cette décision et en feront", a reconnu Didier Quillot, le directeur général de la LFP sur RMC. "Mais nous avons fait une analyse juridique en amont, on a fait faire ce qu'on appelle une "legal opinion" par des avocats, on a eu un avis juridique de la fédération, et sur la base de ces avis on a pris notre décision. Que ce soit l'arrêt du championnat ou le classement, ce sont des décisions solides juridiquement. Il y aura des recours oui, mais encore une fois nos décisions sont solides".

Cette tourmente sera forcément accentuée par la résiliation du contrat de Canal + avec la LFP. Le diffuseur ne paiera pas sa dernière part sur le championnat 2019-2020, puisqu’il n’est pas allé à son terme. Une nouvelle catastrophe dans un modèle économique dominé par les droits TV.
 
Classement de Ligue 1 2019-2020 (nombre de points divisé par le nombre de matchs)
    1. Paris SG (2,52 points par match) - Ligue des Champions
    2. Marseille (2,00) - Ligue des Champions
    3. Rennes (1,79) - 3e tour préliminaire de Ligue des Champions
    4. Lille (1,75) - Ligue Europa
    5. Nice (1,46) - Ligue Europa* 
    6. Reims (1,46) - Ligue Europa*
    7. Lyon (1,43)
    8. Montpellier (1,43)
    9. Monaco (1,43)
    10. Strasbourg (1,41)
    11. Angers (1,39)
    12. Bordeaux (1,32)
    13. Nantes (1,32)
    14. Brest (1,21)
    15. Metz (1,21)
    16. Dijon (1,07)
    17. Saint-Etienne (1,07)
    18. Nîmes (0,96)
    19. Amiens (0,82) - relégué
    20. Toulouse (0,46) - relégué

* si la place réservée par le biais des Coupes est donnée au championnat.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rc lens football sport losc amiens sc fc chambly coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter