Ligue 2 : pour Dunkerque, le maintien se complique

Publié le
Écrit par Hugo Palacin

Dans un contexte tendu avec ses supporters, l'USL Dunkerque n'a pas réussi à s'imposer face à Amiens ce vendredi soir (0-0). À trois journées de la fin du championnat, les Maritimes n'ont plus le droit à l'erreur pour espérer se maintenir en Ligue 2.

Après six défaites consécutives, les troupes dunkerquoises étaient priées de se remobiliser pour la réception d'Amiens ce vendredi 22 avril 2022 au stade Marcel-Tribut.

19e avec 30 points au coup d'envoi, l'USL Dunkerque n'avait pas le droit à l'erreur face à un adversaire dont le maintien est assuré (11e avec 42 points).

Malgré cela, les locaux n'ont pas su tirer leur épingle du jeu. Résultat : un match nul et vierge n'arrangeant pas les affaires des Maritimes, qui se compliquent un peu plus la tâche dans la course au maintien.

Un match terne, sur le terrain comme en tribunes

Le président de l'USL Dunkerque, Jean-Pierre Scouarnec, avait beau appeler à l'union sacrée derrière son équipe, les ultras dunkerquois ont préféré bouder la rencontre. En cause : l’interdiction de stade de dix-huit mois donnée à quatre d’entre eux après des incidents survenus en tribune présidentielle lors de la réception de Valenciennes, le 19 mars dernier.

La réunion entre dirigeants et supporters qui s'est tenue ce vendredi après-midi n'a pas donné satisfaction aux supporters qui ont donc préféré boycotter cette rencontre à fort enjeu en guise de protestation.

Comme en tribunes, côté terrain, l'animation n'était pas au rendez-vous. Les deux formations ont manqué de conviction dans leurs phases offensives. Preuve en est : il a fallu attendre la 78e minute pour voir une première frappe cadrée côté dunkerquois.

La blessure à la demi-heure de jeu du meilleur buteur des Maritimes, Malik Tchoukounté (neuf buts cette saison), n'a évidemment pas facilité la tâche aux locaux.

Un match nul et vierge donc, qui ne fait pas les affaires de Dunkerque. En cas de victoire, les Nordistes auraient pu revenir à une longueur de Rodez qui s'est incliné sur le terrain de Nîmes (3-2). L'autre concurrent direct des bleu et blanc, Quevilly-Rouen, menait 3 buts à zéro face à la lanterne rouge, Nancy, avant que la rencontre ne soit interrompue à la 40e minute par des jets de fumigènes sur la pelouse.

Dunkerque n'a plus son destin entre ses mains

À l'issue de cette 35e journée de Ligue 2, l'USL Dunkerque stagne donc à la 19e place avec 31 points, à trois longueurs de Quevilly-Rouen, barragiste provisoire (18e, 34 points, mais qui devrait glaner trois points supplémentaires sur tapis vert suite à l'interruption de son match contre Nancy), et de Rodez (17e, 34 points également).

Les Nordistes n'ont plus le droit à l'erreur désormais. Ils doivent glaner un maximum de points lors des trois dernières journées, comptant sur des contre-performances de Rodez ou Quevilly-Rouen pour espérer décrocher ne serait-ce que la 18e place, synonyme de barrages.

Des trois équipes engagées dans la course au maintien, les Dunkerquois héritent du calendrier le plus compliqué : ils se déplacent la semaine prochaine à Auxerre (3e), reçoivent Guingamp (7e) avant de se rendre à Quevilly-Rouen (18e) pour la 38e et dernière journée dans ce qui s'annonce être le match de la dernière chance pour les deux formations.

Rodez se déplace chez le leader Toulouse la semaine prochaine, avant de recevoir Bastia (12e) et de terminer la saison avec un déplacement à Caen (8e). Quevilly-Rouen recevra Pau (15e), se rendra à Caen (8e) puis accueillera finalement Dunkerque (19e).

Valenciennes presque sauvé

De leur côté, les Valenciennois ont mis fin à une série de quatre défaites consécutives en faisant match nul à domicile contre l'AC Ajaccio (0-0). Un bon point pris contre le deuxième au classement, qui lutte pour la montée en Ligue 1.

Avec 37 points au compteur, les Nordistes comptent désormais trois longueurs d'avance sur le barragiste, Quevilly-Rouen (34 points), et six points de plus que Dunkerque, 19e (31 points).

Si le maintien n'est pas mathématiquement assuré pour les Rouges, il est, du moins, en bonne voie. Les hommes de Christophe Delmotte ont leur destin entre leurs mains. Au calendrier des trois derniers matchs de la saison : déplacement au Paris FC (5e) la semaine prochaine puis réception de Sochaux (4e) et pour finir une dernière rencontre à Niort (10e).