Festival de Cannes : quels nordistes sur tapis rouge en 2021 ?

On attend Bruno Dumont avec incertitude. On espère Arnaud Desplechin avec inquiétude. Car un embouteillage est annoncé à Cannes. De nombreux cinéastes ne trouveront pas leur place cette année sur la Croisette au Festival du cinéma. Et si, pour les Hauts-de-France, le 3ème homme était une femme ? 

Quels nordistes seront présents au Festival de Cannes cette année ?
Quels nordistes seront présents au Festival de Cannes cette année ? © y.caradec

Il y a quelques semaines, dans Le Monde, le producteur Jean Bréhat réaffirmait sa volonté, son puissant espoir de montrer à Cannes le nouveau film de Bruno Dumont.

Avec une première sortie prévue pour mai 2020, "France", anciennement intitulé "Par ce demi-clair matin", n’en finit plus de patienter, il faut dire qu’une pandémie est passée par là, rabattant les cartes, mettant à mal projets et projections .

Avec un casting à tomber à la renverse, Léa Seydoux, Blanche Gardin et Benjamin Biolay, pour raconter l’ascension et la chute d’une présentatrice de télévision, le réalisateur nordiste quitte sa veine "régionaliste" ("Flandres", "La vie de Jésus", "P’tit Quinquin", "Ma Loute") pour un grand film européen tourné en France, en Allemagne et en Italie. Le réalisateur de la Côte d’Opale, génial, radical et déroutant, prendra quand même le temps de poser sa caméra pour quelques scènes dans le boulonnais. 

Bruno Dumont au festival de Cannes en 2011
Bruno Dumont au festival de Cannes en 2011 © MaxPPP

Les semaines passent, et le cinéaste déjà huit fois sélectionné à Cannes, dévoile il y a quelques jours la date de sortie du film pour le public français, ce sera finalement le 1er septembre 2021.

Et si fatigué d’attendre, il prenait finalement le large, bye-bye Cannes, pour rejoindre la compétition officielle de la Mostra de Venise ? Verdict ce jeudi.

Le magnétique trait d’union entre Bruno Dumont et Arnaud Desplechin s’appelle Léa Seydoux. Brillante interprète en 2019 de "Roubaix, une lumière", la comédienne tourne dans l’urgence avec le réalisateur nordiste lors du premier confinement, une adaptation du roman de Philip Roth, "Tromperie", avec pour partenaires Bruno Podalydès et Emmanuelle Devos.

C’est toujours le cœur battant qu’Arnaud Desplechin regarde Cannes. Membre du jury, en compétition, à la Quinzaine des Réalisateurs, rares furent les rendez-vous manqués. Mais que penser en cette année si particulière, alors que le cinéaste commence dès l’automne, dans les Hauts-de-France, son nouveau long métrage "Frère et Sœur", avec Marion Cotillard et Melvil Poupaud. 

Arnaud Desplechin en 2016 au Festival de Cannes, où était aussi présente Agnès Varda
Arnaud Desplechin en 2016 au Festival de Cannes, où était aussi présente Agnès Varda © Max PPP

"Tromperie", film confiné et intimiste devra- t-il passer son tour sur tapis rouge, pour céder dans un an la place à "Frère et Sœur" ? Cannes sans Desplechin ne serait pas tout à fait Cannes. Contacté ce week-end, Frederic Strauss, journaliste à Télérama, se dit prêt à parier que le film sera présent ! Nous espérons qu’il ne se trompe pas.

Enfin, il faudra ne pas quitter des yeux la lilloise Anaïs Demoustier, Césarisée en 2020. La rumeur la donne là et bien là, dans deux films des sélections parallèles : "Les amours d’Anaïs", de Charline Bourgeois-Tacquet et "Incroyable mais vrai", de Quentin Dupieux. Elle séduit chaque année qui passe de nouveaux réalisateurs, faisant de sa carrière un sans-faute assez incontestable.

Anaïs Demoustier et son César.
Anaïs Demoustier et son César. © Thomas SAMSON / AFP

Les nordistes à Cannes, 2021. Et si c’était elle ?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival de cannes cinéma culture festival événements région hauts-de-france