Gravelines : les championnats de France annulés à cause de la tempête, une décision "qui a déplu à beaucoup de monde"

Les championnats de France d’aviron, qui avaient débuté vendredi au PAarc à Gravelines et devaient se terminer dimanche, ont été annulés, samedi matin, en raison de la tempête. Le président du comité d’organisation parle d'une décision incomprise par certains clubs venus de loin.

Le champion olympique Pierre Houin était attendu à Gravelines.
Le champion olympique Pierre Houin était attendu à Gravelines. © Eric Marie - MaxPPP
Au bout du fil, Jacques Decriem est dépité, "frustré". Le président du comité d’organisation des championnats de France d’aviron à Gravelines fait des allers-retours en camion pour terminer de ranger le matériel et rumine sa déception.

La première compétition nationale d’envergure d’aviron, organisée sur le domaine du PAarc à Gravelines depuis vendredi et qui devait se terminer dimanche, a été annulée prématurément, samedi matin, en raison de la tempête.
 

"En aviron, quand on dépasse les 70-75km/h (de vent), c’est dangereux"

Maxence Schneider, en charge de la communication à la Fédération française d'aviron


Une décision lourde, mais inévitable : "En aviron, quand on dépasse les 70-75km/h (de vent), c’est dangereux. Ça aurait pu être dangereux si les bateaux venaient à se retourner… Et puis, ça aurait été difficile de garder une équité, en plus des risques de casse", souffle Maxence Schneider, en charge de la communication à la Fédération française d’aviron.

"On avait eu l’autorisation préfectorale, mais la réglementation se resserrait. Je n’aurais jamais imaginé que la météo nous empêche" de disputer les France, souffle Jacques Decriem, également président de la Ligue Hauts-de-France d’aviron et de l’US Gravelines.

Une fête, entre les amateurs et les stars, dont le champion olympique Pierre Houin


Ces championnats de France organisés à Dunkerque auraient dû être une fête, entre les amateurs et les stars, dont le champion olympique Pierre Houin. Ils ont ressemblé à un long chemin de croix.

Après avoir lutté toute la semaine pour organiser la compétition malgré les restrictions sanitaires et la reprise de l’épidémie de Covid-19, les organisateurs ont connu une première journée désastreuse vendredi : pluie, et surtout vent, avec des rafales qui ont obligé l’organisation à adapter la matinée (départ en contre-la-montre pour éviter les risques de collision) et annulation de la première après-midi.

Et puis, le couperet est tombé peu après 9 heures. "Suite à l'aggravation des conditions météorologiques, les conditions de sécurité n'étant plus réunies pour assurer la manifestation, la fédération et son comité d'équité ont décidé d'annuler les Championnats de France Master, Senior et Para Aviron", a écrit la FFA dans un communiqué laconique.
 

On a 70 000 euros dehors, on verra si on arrive à tout récupérer. (...) Les plus grosses difficultés, ce sont pour les clubs

Jacques Decriem, président du comité d'organisation


118 clubs avaient fait le déplacement de toute la France. Certains sont venus de loin, et ils n’ont pas traîné pour repartir après une décision "qui a déplu à beaucoup de monde", selon Decriem. La Fédération, qui explique avoir un "calendrier serré" et ne pas pouvoir reporter la compétition, n’a pas encore chiffré les pertes.

Jacques Decriem navigue à vue. "On a 70 000 euros dehors, on verra si on arrive à tout récupérer. Et je ne pense pas que les assurances pourront nous aider, mais nous on va s’en remettre, on a des partenaires, la ville, la région… Les plus grosses difficultés, ce sont pour les clubs." Et de conclure : "J’ai une pensée pour les 125 bénévoles, ils ont le moral dans les chaussettes."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport