Centrale de Gravelines : faut-il prolonger la durée de vie des vieux réacteurs nucléaires ? EDF vous demande votre avis

© MAXPPP
© MAXPPP

L'idée est d'ouvrir un débat sur la durée de vie des réacteurs de 900 mégawatts.

Par Q.V avec AFP

Une concertation ouverte au public a été lancée ce jeudi et pour six mois sur les conditions de sûreté de la poursuite de l'exploitation des réacteurs nucléaires de 900 mégawatts par EDF au-delà de 40 ans, dont fait partie la centrale de Gravelines.
 

Associer le public aux enjeux du nucléaire


"L'objectif de cette concertation est d'associer le public aux enjeux et objectifs liés à la poursuite de fonctionnement de ces réacteurs nucléaires après 40 ans et de permettre d'éclairer les décisions ultérieures", a expliqué le Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).

Elle porte sur "les dispositions proposées par EDF pour améliorer le niveau de sûreté de ses réacteurs" dans le cadre de leur passage du cap des 40 ans.
 


Sont concernés les réacteurs de 900 MW, qui sont les plus anciens et les moins puissants du parc nucléaire français exploité par EDF. Ils sont situés (outre Fessenheim, qui doit fermer) dans les centrales du Blayais, de Bugey, Chinon, Cruas-Meysse, Dampierre, Gravelines, Saint-Laurent-des-eaux et du Tricastin.

 

Nos concitoyens sont très intéressés par ce qui se passe dans ces installations


"Même si elle n'est pas prévue par la loi, le haut comité a décidé de lancer cette concertation pour permettre au public d'être associé", a expliqué sa présidente Marie-Pierre Comets lors d'une conférence de presse.
 

"Nos concitoyens sont très intéressés par ce qui se passe dans ces installations", estime Philippe Sasseigne, directeur du parc nucléaire d'EDF, qui souhaite prolonger la vie de ses centrales. "On souhaite vivement à EDF que ce soit l'occasion d'élargir le public habituel qui s'intéresse à ces questions."

 

Un débat sans conséquences ?


"L'idée d'avoir un débat, évidemment on y est favorable. Le problème c'est que ça va être un débat uniquement technique et ça n'influencera pas sur des décisions de prolongation ou non" des réacteurs, a regretté pour sa part Yannick Rousselet, de l'ONG Greenpeace, opposée au nucléaire. 

La concertation est ouverte jusqu'à la fin du mois de mars 2019. Un site internet doit ouvrir à l'adresse suivante : https://concertation.suretenucleaire.fr/
 

Sur le même sujet

Les + Lus