"Grosse baisse des ventes" : le festival des Paradis Artificiels est annulé à Lille

Le festival l’année dernière, devait se dérouler dans trois semaines, les 1ers et 2 juin. Niska, Lala &ce, Caballero et JeanJass… Le programme des Paradis Artificiels n’a apparemment pas conquis les fans de rap lillois.

“Il y a une grosse déception sur le fait qu’on annule, ça représente un an de travail, on y met beaucoup de cœur. Mais on sait qu’on a pris la bonne décision". À trois semaines de la tenue du festival des Paradis Artificiels à Lille (Nord), l'annonce de son annulation laisse un goût amer.

"Sérieux ???", interroge un internaute sous la publication Instagram de l'organisation. "Wow, je me suis pris une gifle, je ne m'y attendais pas", réagit un autre.

Hausse du prix des billets

On a décidé d’annuler car on a eu une grosse baisse de nos ventes par rapport à l’année dernière : 2000 places de moins pour le premier jour et 1500 pour le second”, explique Florent Decroix, le directeur de la boîte de production À Gauche de la Lune, qui organise le festival. “On allait droit vers un très gros déficit”.

Le festival de rap lillois, qui avait accueilli 13 500 personnes l'année dernière, a vu ses coûts de production et ses coûts artistiques liés au cachet des artistes augmenter cette année. Une hausse qui s’est répercutée sur le prix des billets – ceux-ci coûtaient ainsi 10 euros de plus par rapport à 2023. “Plus cher”, pour un public jeune, “de 16 à 25 ans”, précise Florent. 

Les gens achètent leurs billets de plus en plus tard”, analyse l’organisateur. “C’est normal : ce n’est pas simple avec un budget d’étudiant de bloquer 90 euros en décembre pour un festival en juin.” 

Difficultés de programmation 

Outre l’aspect financier, Florent Decroix admet qu’il est aujourd’hui difficile d’avoir une programmation inédite. "Il est difficile d’avoir une offre originale dans une ville où il y a énormément de concerts comme Lille. On n’a pas d’artistes qui n’ont pas déjà joué ou vont jouer prochainement dans la ville, explique-t-il, citant notamment l’exemple du rappeur Gazo, qui devait jouer sur la scène du festival dimanche 2 juin. Mais il vient jouer seul, au Zénith de Lille en janvier 2025".

À Gauche de la Lune se porte bien, on est capables de surmonter cette épreuve.  

Florent Decroix, le directeur de la boîte de production

Alors pour continuer d’exister dans les prochaines années, À Gauche de la Lune veut réfléchir à un festival différent pour se démarquer. "Je pense qu’il faut réfléchir à ce qu’on a fait et revenir avec une proposition différente, peut-être plus adaptée, en prenant en compte les aspirations du public".

Parmi les pistes envisagées, laisser davantage de place à des artistes de la nouvelle génération et mettre sur la table une proposition artistique différente. Rendez-vous pris l'année prochaine.