Lille : le commissaire enquêteur donne son "avis favorable" pour l'aménagement de la friche Saint-Sauveur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anas Daif .

Le commissaire enquêteur a donné un avis favorable au gigantesque projet de réhabilitation de la friche Saint-Sauveur qui prévoit plus de 2000 nouveaux logements, une piscine olympique ou encore des bureaux et commerces.

Le ciel s'éclaircit au dessus de la friche Saint-Sauveur. En effet, le commissaire enquêteur vient d'émettre un avis favorable "sans réserve, ni recommandation" à ce gigantesque projet de réhabilitation qui verra la création de 2000 logements, une piscine olympique et des espaces verts. 

Depuis plusieurs années, des concertations ont lieu avec le public pour "dessiner le projet de cette ancienne gare de triage" dont l'activité a cessé en 2003, explique la Mairie de Lille dans un communiqué. Et il semble bien que cette saga s'approche d'un dénouement imminent. 

Difficultés et oppositions en série 

La mise en route n'a pas été de tout repos. Dès le départ, de nombreuses associations de défense de la nature ont fait entendre leur opposition et ont mis en avant les conséquences que ce projet pouvait avoir sur l'environnement. Pour elles, aucune raison d'urbaniser cet espace qui dispose d'une réelle biodiversité, d'autant plus qu'à l'origine, la mairie "promettait que ce serait un véritable parc", confiait à France Bleu Nord Bénédicte Vidaillait, co-présidente de l'association Parc Saint-Sauveur. 

La France Insoumise et Les Verts, de leur côté, critiquaient le fait que le projet prévoit trop de logements et pas assez d'espaces verts dans une ville où la verdure "manque déjà cruellement"

En octobre 2018, le juge des référés satisfaisait l'opposition en suspendant la "déclaration d'intérêt général" du projet de réaménagement. Il estimait que "l'étude d'impact" comportait "des insuffisances quant aux incidences du projet sur la qualité de l'air." Ces incertitudes "ont pu nuire à l'information complète de la population." 

Cela n'a pas empêché la Mairie et la Métropole de redoubler d'effort pour fournir les documents et études nécessaires à la validation du projet. En octobre 2021, le tribunal administratif annonçait que les contestations par les associations "requérantes du caractère d'intérêt général du projet au regard des enjeux environnementaux" ont été écartées. Malgré cela, il a quand même annulé deux délibérations de la Métropole lilloise pour des "vices de procédure". Il estimait que le dossier de la première enquête publique de 2018 avait toujours des "insuffisances", "omissions" et "inexactitudes".

Ces insuffisances concernaient la description de la "nature", la "consistance", l'implantation et le "volume" de la Piscine Olympique Métropolitaine ; une "description de la phase chantier" de la piscine et "une analyse des incidences de la Piscine Olympique Métropolitaine et du chantier sur les nappes du carbonifère et de la craie". 

La MEL a alors a ajouté les éléments permettant de "parfaire l'information du public". Une enquête a été menée du 10 juin au 11 juillet dernier, permettant ainsi de clarifier les zones d'ombre et de permettre le feu vert du commissaire enquêteur en août 2022. 

Ce dernier a considéré que "ce projet est un équilibre entre les objectifs de production de logements attendus dans l'agglomération lilloise, le besoin en équipements publics-scolaires-sportifs, en commerces, en activités économiques, en lieux culturels, de loisirs" et en création d'espaces verts. 

Un projet colossal

Le projet de la friche Saint Sauveur est colossal. Il risque de changer beaucoup de choses à la vie des Lilloises et Lillois. Conduit par l'agence danoise Gehl Architects, ce nouveau quartier sera "durable, socialement mixte et attractif", selon la Ville de Lille.

Sur les 23 hectares, il y aura d'abord la création de "2000 à 2400" nouveaux logements, avec "un tiers de logements locatifs sociaux", "un tiers de logement en accession aidée à la propriété" et "un tiers de logements libres". Ils "seront répartis dans des îlots mêlant de petits immeubles collectifs (5 à 20 logements) et des maisons individuelles, avec des plantations au centre de chaque îlot)". 

Autre grand point de ce projet : une piscine olympique qui "accueillera familles et écoliers, clubs de haut niveau et compétitions internationales". Celle-ci "proposera cinq bassins, un espace balnéo-ludique et un espace bien-être". Elle sera "intégrée dans un jardin et équipée d'une grande toiture végétalisée" et a été pensée pour ne pas être gourmande en énergie. 

Il y aura également "un gymnase de 2500 m2", avec salle de sports, un dojo et une salle polyvalente. Mais aussi un parc de 3,4 hectares, 5,8 hectares d'espaces publics, des bureaux et des commerces.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité