"Garçonne", groupe lillois, nous entraîne dans une électro pop assez déroutante, qu'il définit lui-même comme "sauvage". Avant la sortie de son premier EP en janvier 2024, nous le recevons pour un live "Les Hauts en Scènes".

Garçonne nous interpelle. Ce groupe de Lille a puisé ses racines dans une pop anglo-saxonne avec le groupe Ginger, ancien nom de leur formation musicale. À l’époque, les textes étaient écrits en anglais.

En 2019, le groupe se challenge : chanter en français, se tourner vers une électro pop qui inclura cette "french touch". Le pari est risqué mais réussi. Le groupe Garçonne naît avec une furieuse envie de dépeindre la vie dans ce qu'elle a de beau et de triste, de glamour et de laid, en langue française cette fois-ci.

En ressort une esthétique propre au groupe, qui lui donne réellement son originalité : les voix sont - étonnamment - douces, une finesse vocale peut-être due au mariage du timbre masculin et féminin.

Les rythmiques sont accrocheuses, les refrains entêtants, à l'image des messages désabusés de leurs chansons.

On balance entre volupté et noirceur dans les textes et la musique.

Vivement l'EP qui est prévu début 2024. On a essayé d'en connaître le titre. Il reste secret pour le moment, mais pas de problème, on a de quoi vous faire patienter en vous faisant découvrir leur univers, leurs singles et dernier clip Charter. Tout de suite, place à la scène et à la musique.

Un live désenchanté et sensuel

Nos quatre musiciens ont l'art de nous surprendre.

Leurs tenues de scène, déjà, nous signalent que ces quatre-là, on ne les mettra pas dans des cases, on ne les asservira pas. Alexia toute en tutu de tulle, nous souffle un air de liberté indomptable, du genre "Si je veux, je m'habille en mariée tous les jours" ; les garçons, eux, en dandys raffinés nous laissent présager une musique élégante, bien ajustée. 

Mais surtout, ils chantent et jouent :

  • la désillusion : "J'me fous de ces mirages, Plutôt crever de froid, Sous un pont, sous l'orage, Pourvu qu'il nous foudroie" - extrait de la chanson Corrida (la sixième dans le live)
  • la dépression : "Dans mon ciel, Il y a des failles, Plus d'essentiel, Plus de Jeidi" - extrait du titre en position quatre LMJ, qui veut dire "La même journée".
  • le désamour : "Ça finit toujours pareil, Des clashs et des revers, Qu'on avale de travers, C'est des nuits sans sommeil, Et nos cœurs à l'envers, Se brisent comme du verre" - du titre trois Lâche ma main

Et pourtant, ils nous accrochent et nous montrent une certaine beauté intrinsèque au mal. Dans le désamour de l'amour, dans les désillusions, des rêves qui nous maintiennent en vie.

Écoutez et regardez plutôt.

durée de la vidéo : 00h23mn00s
Un concert pour vous du groupe de Lille "Garçonne". Vingt-trois minutes, six titres d'une pop rock électro qui conjugue diverses influences musicales. Le résultat est voluptueux et sauvage, réconfortant et impertinent. ©France 3 Hauts-de-France

Les six titres

  1. Charter
  2. J'ai pas le temps
  3. Lâche ma main
  4. LMJ (La même journée)
  5. Gueule de bois
  6. Corrida

ne laissent présager aucune espèce d'espoir ou de bonheur quant à la beauté de l'âme humaine.

Et pourtant, nous sommes séduits : la mélancolie est bien présente et enveloppante mais les rythmes, la couleur musicale, les paroles qui farandolent parfois avec un humour noir assez corrosif, nous extraient de l'obscurité.

A la croisée d'univers musicaux

Quand on interroge les membres du groupe sur leurs influences musicales, les réponses varient. Alexia Grolée, la chanteuse, n'hésite pas à mettre en avant les années 80, Baptiste Harbuz, le bassiste, cite Jamiroquaï, et Franck Tricoche se dit inspiré par Gainsbourg. 

Plus globalement, les quatre musiciens, avec Loïc Tabary à la batterie, nous font penser à la folie libertaire des Rita Mitsouko ou au groupe néopsyché La Femme. Ça balance entre une tonalité new wave, des accents bien rock, sous-tendus par des bases électros.

Chaque morceau porte vraiment sa couleur.

La brutalité des paroles n'est pas sans nous rappeler également, sur certains morceaux, le style du groupe Taxi Therapy dont Garçonne reconnaît volontiers l'influence.

Repassez-vous le deuxième titre, J'ai pas le tempsOutre le fait que les auteurs de cette chanson, Franck Tricoche et Christian Vié - également producteur et directeur artistique du groupe - ont mis le doigt sur une phrase que l'on prononce nous-mêmes et très souvent à tour de bras - le texte nous fait donc sourire - le slap de la basse dans ce morceau, façon funk est absolument convaincant, irrésistible. On danse, malgré nous.

Dans Charter, ambiance brumeuse.

On s'est fait plein de guerres, Ca a fait des dégâts, J'ai franchi tes frontières, Sans m'éloigner de toi"

Franck Tricoche, Christian Vié

Extrait de la chanson "Charter" par le groupe "Garçonne".

Cette chanson décrit la relation de couple, pas toujours rose, pas toujours claire et le clip reflète parfaitement ces errances d'amoureux, dans des ruelles sombres. L'habit - la robe de mariée ici - ne fait pas forcément le moine.

Le refrain est significatif : "À moitié moi, À moitié toi, À deux on se ment, À deux on se ment". Il nous reste en tête. L'effet de répétition utilisé se transforme à notre oreille en écho qui résonne, qui a du sens.  

Dans le single LMJ - La même journée - le thème n'est pas plus gai car il aborde la problématique de la dépression, mais le groupe a voulu dédramatiser, aborder la question "sans plomber l'ambiance", comme nous précisera Franck.

Les paroles sentent bon l'impertinence, le non-sens agrémenté d'un petit humour noir à la Bashung. On relèvera, par exemple : "J'ai croisé un docteur, Je suis tombé malade, J'ai pu enfin, Mater la fin de Breaking Bad".

Actus et rendez-vous, pour suivre "Garçonne" à la trace

Comme nous, vous avez envie d'en savoir plus sur le groupe ?

Ne manquez pas : la soirée musique Les Hauts en Scènes : Pour visionner leur live depuis votre canapé sur un plus grand écran que celui de votre ordinateur, rendez-vous mercredi 24 janvier à minuit sur France 3 Nord Pas-de-Calais et France 3 Picardie.

Dans l'attente, petite interview Instagram Les Hauts en Scènes. Vous saurez ce que Franck chantonne sous la douche et découvrirez le péché mignon musical d'Ale !  

Nos quatre Lillois ont remporté moult tremplins musicaux : Rock Estuaire à Nantes, Rock en Stock à Etaples et Châlons-en-Champagne, Elysiks à Saint-Quentin ou encore Star's Music à Paris, Hemix à Hem.

Leur ADN, c'est la scène, sans aucun doute, mais leurs séances studios acharnées, leur travail leur ont permis d'explorer toutes les richesses de leurs univers musicaux respectifs.

"Être musiciens n'est pas seulement une question de fête et de plaisir, c'est aussi de la discipline, beaucoup d'heures devant l'ordinateur à composer, écrire, imaginer, écouter" postent-ils dans un reel. On adore ! 

De plus en plus sollicités, ils écument scènes et festivals de la région. Si vous êtes passés par la Braderie de Lille le premier week-end de septembre 2023, ils faisaient partie du plateau Nouvelle Scène de France Bleu.

Nous attendons maintenant la date de sortie du premier EP de Garçonne avec grande impatience. Ce sera pour début 2024.

Restez connectés à leurs réseaux sociaux  pour connaître les dates de leurs prochains concerts en région.