• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Noyon, Loos, Beuvrages... Comment les boutiques à l'essai se développent dans les Hauts-de-France

Une dizaine de communes proposent des boutiques à l'essai dans les Hauts-de-France. / © France TV
Une dizaine de communes proposent des boutiques à l'essai dans les Hauts-de-France. / © France TV

La MEL vient de signer un partenariat pour développer les boutiques à l'essai sur son territoire. L'objectif : redynamiser les centres-villes et permettre à de petits commerçants de se lancer.

Par Margot Desmas

Tester son idée de commerce local en profitant de conditions d'installation avantageuses pendant six mois, c'est le concept du dispositif "Ma boutique à l'essai". Cette association accompagne les commerçants qui souhaitent lancer leur commerce. L'objectif : redynamiser les centres-villes.

La MEL va tester ce dispositif sur son territoire pour "favoriser l’installation de commerces de proximité dans les communes". Certains nouveaux commerçants pourront donc profiter d'un loyer modéré, d'un prêt d'honneur à taux 0 ou encore d'un bail de six mois dans les communes de la métropole de Lille.
 

Ma Boutique à l'Essai

Bienvenue à la Métropole de Lille qui vient de rejoindre la Fédération !


Première étape pour les communes souhaitant participer à l'opération : identifier les locaux vacants et négocier le loyer avec les propriétaires. Un appel à candidatures suivra puis un projet sera sélectionné pour occuper la boutique. Le bail de six mois sera renouvelable une fois et une installation à long-terme pourra être proposée au commerçant si l'expérience est concluante.

Un partenariat vient d'être signé entre la MEL et l'association "Ma boutique à l'essai", mais d'autres communes de la région ont recours à ce dispositif depuis quelques années.

 

Résultats concluants


C'est à Noyon, dans l'Oise, que le concept a fait sers premiers pas il y a cinq ans avec une boutique pilote. Aujourd'hui, l'association a contribué à huit nouvelles ouvertures de boutiques dans la commune.

"Certains porteurs de projets, même s'ils ne répondaient pas à nos critères, ont quand même décidé de se lancer sans notre accompagnement. Cela crée une dynamique positive dans les centres-villes en générant de plus en plus d'activité", estime Maxime Bréart, coordinateur national de la Fédération des boutiques à l'essai.

En France, 80 à 90% des commerçants passés par ce dispositif ont signé un bail. C'est le cas d'Isabelle Ternisien, ancienne secrétaire médicale, qui avait ouvert une boutique de vêtements fin 2015 à Noyon. Un loyer à 500 euros et un an de conditions exceptionnelles ont permis à la nouvelle commerçante de faire ses preuves et pérenniser son concept.
 

"Je suis toujours là aujourd'hui. J'ai même développé d'autres choses puisqu'au départ je ne faisais que des sacs", nous explique-t-elle. Elle ne gagne pas encore le smic, mais sa clientèle augmente régulièrement.

Une dizaine de communes des Hauts-de-France ont emboîté le pas à Noyon : Bruay-la-Buissière, Beuvrages, Loos, Denain ou encore Saint-Amand-les-Eaux. La région compte de nombreuses boutiques à l'essai grâce à un "effet boule de neige", selon Maxime Bréart.
 

Ma Boutique à l'Essai

Lancement de l'appel à candidatures à Beuvrages avec Vivre à Beuvrages et EPARECA Renseignements au 03 27 51 98 28


Le coordinateur de la fédération doit s'entretenir dans quelques semaines avec les représentants des communes de la MEL pour identifier les premiers projets. Et certaines villes sont d'ores et déjà intéressées par l'initiative.

 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus