SNCF / Templeuve : Xavier Bertrand annonce le rétablissement de deux trains le matin à partir de début janvier

Image d'illustration. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Image d'illustration. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

Après la démission vendredi du maire de Templeuve (Nord) pour protester contre la nouvelle grille SNCF et la suppression de 17 trains par jour dans sa commune, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, annonce ce jeudi avoir négocié le rétablissement de deux trains à 7h44 et 8h44.

Par YF avec Maïna Sicard-Cras

Ce rétablissement des trains de 7h44 et 8h44 à Templeuve ne sera possible qu'à compter du 6 janvier prochain, selon Xavier Bertrand. "Au 15 décembre, ils ne peuvent pas garantir l'arrêt de ces trains (en gare de Templeuve) parce que tout est compliqué", nous explique le président (DVD) de la région Hauts-de-France. "Ils nous disent que c'est un château de cartes, ça doit en partie être vrai... mais la question qui se posait, ce n'était pas au mois d'avril, comme c'était prévu, on l'a obtenu au 6 janvier. Donc au lendemain des vacances scolaire, le 7h44 et le 8h44 seront rétablis." 
 
Templeuve : Xavier Bertrand annonce le rétablissement de deux trains le matin
Propos recueillis par Maïna Sicard-Cras et Jean-Marc Vasco.

Ce rétablissement se fera toutefois à "des conditions très précises", indique Xavier Bertrand. "On ne pourra garantir à 100% qu'ils arriveront à l'heure, ils auront peut-être quelques minutes de retard. On ne peut pas garantir, parce que ces trains partent d'avant Templeuve, que les gens pourront tous être assis. Dans les jours qui viennent, je me rendrai à nouveau à Templeuve, pour dire justement à ceux qui sont concernés : est-ce que vous me confirmez (...) que vous préférez que ces trains existent encore, même si on n'est pas tous les jours assis plutôt que de les voir disparaître ? Moi le critère est très simple : quand on a besoin de prendre le train à un horaire précis, parce qu'on dépose ses enfants à la crèche, parce qu'on les dépose à l'école ou parce qu'on a besoin de ces trains pour être à l'heure au travail, ces trains sont prioritaires."

Templeuve est une commune de 6000 habitants, située à une quinzaine de kilomètres du centre de Lille. Vendredi, son maire, Luc Monnier, a présenté sa démission pour protester contre la nouvelle grille SNCF prévoyant la suppression de 17 trains par jour dans sa commune.
 

La gare de Templeuve voit passer près de 2 000 passagers par jour. "C'est une des 20 gares les plus importantes des Hauts-de-France", dénonçait l'élu qui dirigeait la ville depuis 2001. "Je trouve que c'est donc une injustice sur le fond. La nouvelle grille horaire prévoit de ramener les trains de trois à deux par heure aux heures de pointe (...) Je ne m'attendais pas à ce que ma commune soit sacrifiée de cette manière. Il n'y a eu aucune concertation avec la SNCF depuis des semaines et des mois, je n'ai jamais été associé ni consulté".

Sa commune s'est pourtant developpée grâce à la liaison ferroviaire avec Lille et Valenciennes. "Cela se joue à quelques kilomètres. Nous sommes aux portes de la métropole lilloise mais nous n'avons pas le réseau suffisant pour nous rabattre sur ses transports en commun", expliquait-il.

"Nous sommes aux côtés de Luc Monnet dans son combat", avait tweeté dès jeudi Xavier Bertrand.
 

"Les gens ne comprennent pas bien : est-ce qu'il faut qu'un maire démissionne, est-ce qu'il faut qu'un président de région râle pour être entendu ?", nous a dit Xavier Bertrand ce jeudi matin. "Ça ne suffit pas parce que le problème qu'a la SNCF, c'est celui des sillons, elle ne peut pas mettre deux trains à la même heure sur la même voie. Ça, je veux bien l'entendre, mais je veux quand même être sûr que la SNCF fait le maximum."

"M.Guichard, le directeur régional, a compris mon coup de gueule et qu'on ne pouvait plus aujourd'hui jouer au chat et à la souris", ajoute-t-il. "C'est la région qui paye, c'est vrai, mais ce n'est pas la région qui a la main sur la technique, et c'est ça qui est dingue aujourd'hui. Donc toutes les modifications qui ont été faites vont coûter à la région, sans augmentation des impôts, mais à partir du moment où on dit aux gens, qu'au nom notamment du respect de l'environnement, il vaut mieux prendre le train que la voiture, quand on dit aux gens qu'on fait des travaux dans une gare et qu'au final, c'est pour diminuer le nombre de trains, les gens disent "vous êtes tombés sur la tête ou quoi". C'est ça aussi qu'on doit clairement prendre en compte".
    

Sur le même sujet

Les + Lus