Autoroute A25 : L'Etat lance une enquête pour améliorer la mobilité sur cet axe majeur d'accès à la Métropole lilloise

Publié le
Écrit par Vincent Dupire

Cette enquête s’effectue sous forme d’un questionnaire en ligne qui permettra de connaître les habitudes de déplacement des habitants du territoire. Il s’adresse aux personnes effectuant un ou plusieurs trajets domicile/travail ou domicile/études entre Armentières et Lille, qu’elles aient emprunté l’A25 ou un des itinéraires alternatifs en voiture ou en transport en commun.

L’autoroute A25 est l’un des axes majeurs d’accès à la métropole lilloise, elle supporte un trafic important qui engendre une congestion chaque matin vers Lille, à partir de la Chapelle d’Armentières.

L’État envisage plusieurs aménagements, notamment la création d’une troisième voie dédiée au covoiturage entre Armentières et Englos.

La DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) Hauts-de-France, maître d’ouvrage, souhaite évaluer l’impact des différentes mesures susceptibles d’améliorer la mobilité sur cet axe en réalisant une enquête dite de préférences déclarées.

Cette étude s’inscrit dans le projet de création d’une troisième voie, éventuellement dédiée au covoiturage, entre Armentières et Lille

Cette enquête s’effectue sous forme d’un questionnaire en ligne qui permettra de connaître les habitudes de déplacement des habitants du territoire. Il s’adresse aux personnes effectuant un ou plusieurs trajets domicile/travail ou domicile/études entre Armentières et Lille, qu’elles aient emprunté l’A25 ou un des itinéraires alternatifs en voiture ou en transport en commun.

Le questionnaire est disponible via ce lien du 7 novembre au 4 décembre 2022

Pourquoi cette enquête ?

Cette étude s’inscrit dans le projet de création d’une troisième voie, éventuellement dédiée au covoiturage, entre Armentières et Lille. Son objectif est de mieux connaître les choix de déplacement sur le corridor de l’A25.

La Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement des Hauts-de-France, maître d’ouvrage de ce projet, entreprend cette étude afin de prédire le comportement des usagers de façon à savoir si l’aménagement est pertinent. Il s’agit également de vérifier que cette nouvelle voie ne ferait pas concurrence au mode ferroviaire.

Cette incitation au covoiturage répond aux enjeux climatiques, sachant qu’un trajet seul en voiture émet 2 à 4 fois plus de gaz à effet de serre que le même trajet en covoiturage et 8 fois plus qu’en TER.

Un trajet quotidien domicile-travail de 40 km aller-retour génère 2 tonnes de CO2 par an. C’est autant que l’objectif d’empreinte carbone par habitant pour contenir le réchauffement climatique à +2°C d’ici 2100 (source : Ademe).

Parallèlement, la DREAL souhaite mieux comprendre les facteurs d’incitation et les freins à l’utilisation du covoiturage.

Modalité de l'enquête

Quel que soit votre statut, dès lors que vous utilisez l’A25 ou que vous évitez de l’emprunter pour éviter les bouchons ou pour toute autre raison, cette enquête vous concerne. Travailleurs, étudiants, retraités, lycéens ou autres, vous êtes tous invités à vous prononcer sur vos préférences de déplacements.

Dix minutes suffisent à répondre aux quatre parties de l’enquête :

  • La première partie porte sur votre situation et vos pratiques de mobilité sur un trajet récent.
  • La deuxième partie comporte des scénarios de déplacement (seul en voiture, covoitureur, train) dans lesquelles on vous demandera de préciser vos préférences selon des critères de coût, de temps de trajet, de fréquence…
  • La troisième partie consiste à faire le choix entre 2 options pour votre mode de déplacement actuel selon des critères de coût et de temps
  • La dernière partie est qualitative avec des questions sur le covoiturage.

Cette enquête est strictement anonyme et vous ne devrez communiquer ni informations personnelles ni adresse mail.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité