Braderie de Lille : avant / après, ce qui a déjà changé

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Hauts-de-France
En 2015, les lieux étaient déjà occupés par les bradeux en mal d'emplacement. La version 2017 est nettement plus calme.
En 2015, les lieux étaient déjà occupés par les bradeux en mal d'emplacement. La version 2017 est nettement plus calme. © France 3 Hauts-de-France

Les années précédentes, la course à l'emplacement avait déjà commencé 

Une zone entièrement dégagée, aucune tente, aucune camionette. Sur la façade de l'esplanade, difficile de croire que nous sommes à J-5 de la braderie de Lille. En 2015, à cette même époque, le terrain était déjà envahi de bradeux. 

durée de la vidéo: 01 min 16
L'avant-braderie, une ambiance particulière qui manque à certains Lillois. ©France 3 Hauts-de-France


Mais les règles ont changé. Exit, les stratégiques qui veillaient jour et nuit pour s'assurer un emplacement : ils ont tous été attribués sur réservation. Interdiction de s'installer avant jeudi du côté de l'esplanade. Du côté des grands boulevards, il faudra même attendre vendredi !

Les commerçants divisés


Certains avouent mieux respirer. "C'était pénible oui, on devait toujours se battre, on avait peur d'arriver le matin, la boule au ventre en se disant : merde, on aura piqué notre place. (...) Là, on est tranquilles, vous savez." avoue Nicolas Andraos, qui est restaurateur. 

Mais ce n'est pas le cas de tous. Pour certains commerçants, comme les buralistes, c'est tout un chiffre d'affaire qui disparaît avec l'évanouissement de l'avant-braderie,

Mais les nouvelles modalités de sont strictes. Dès la mise en place du dispositif braderie, aucun véhicule non autorisé ne sera toléré. Partout, des panneaux annoncent les règles. Plus de 200 policiers seront là pour les faire respecter. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.