Ilévia : "grève du zèle" dans les transports en commun lillois

Les bus, métros, tramways circulent. Au ralenti ? Les syndicats déplorent une rupture du dialogue social sur la question des salaires et des primes. La "grève du zèle" signifie que les inspections sécuritaires -notamment des bus- devaient être allongées, avant la prise de service. 

Un bus Ilévia circulant dans les rues du Vieux Lille
Un bus Ilévia circulant dans les rues du Vieux Lille © Aurélien Accart. MaxPPP

Après la journée noire du 4 juin 2021, les syndicats ont annoncé une "grève du zèle" pour ce jeudi 10 juin. Concrètement, cela veut dire "appronfondir les gestes et postures du travail au maximum afin qu’il y ait un impact sur l’exploitation" explique Stéphane Goubet, responsable Unsa à La Voix du Nord.

Autre exemple, les inspections des bus avant leur départ ont été poussées à fond ce jeudi 10 juin si bien que des retards devaient se faire sentir auprès des usagers. 

Objectif, faire pression sur la direction et convaincre les usagers du bienfondé de leur démarche... En toile de fond les NAO, négociations annuelles obligatoires qui permettent de déterminer les primes et les augmentations de salaires.

Trois réunions ont eu lieu mais les syndicats assurent que la direction ne veut pas entendre parler d'une quatrième réunion, rompant ainsi le dialogue social. 

"Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est qu'après ce refus de quatrième réunion, nous avons été accueillis par les forces de l'ordre, le 4 juin, au siège social à Marcq-en-Baroeul. Elles nous ont empêchés d'entrer. Grève ou pas, c'est illégal. La direction a le devoir de laisser aller librement les élus dans l'entreprise. D'autant plus que notre volonté était de discuter" précise Angelo Savoca, représentant syndical FO Ilévia et élu au comité social et économique. 

Ce dernier précise que désormais, jusqu'au 26 juin, date de la prochaine grève, "la grève du zèle" sera appliquée. "L'intersyndicale est soudée le but n'est pas de saborder notre entreprise mais de la faire progresser avec un dialogue social", dit l'élu.

"R.A.S à 10.00"
 

A l'origine des tensions, l'année 2020, celle du Covid, dure financièrement pour la direction, dure à vivre pour les salariés Ilévia. « On a un vrai besoin de reconnaissance après l’année qu’on vient de passer, et en retour, on a rien » estime l'Unsa, sur le site Lille actu.

La direction elle met en avant la perte de recettes tarifaires de l'ordre de 32% entre 2019 et 2020. A noter que l prochaine journée de grève, juste avant les soldes aura lieu le 26 juin, deux jours avant une rencontre au sein de la Métropole Européenne de Lille. 

Vers 10.00, l'agence de communication travaillant pour Ilévia assurait qu'il n'y avait rien à signaler : ni retard, ni ligne à l'arrêt sur le réseau. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports