LOSC : Jonathan David, des grands noms lillois à faire oublier

Dans la lignée de Victor Osimhen et Nicolas Pépé ? Recrue la plus chère de l'histoire de Lille, l'attaquant Jonathan David sera scruté de près pour ses débuts avec les Dogues face à Rennes samedi (21h00), pour la première journée de la saison de Ligue 1.
Jonathan David, nouvel attaquant star du LOSC.
Jonathan David, nouvel attaquant star du LOSC. © LOSC
Une marque de confiance pour l'attaquant canadien, acheté pour plus de 27 millions d'euros à La Gantoise, et qui aura la lourde tâche de remplacer Osimhen.

Parti à Naples pour la somme record de 81 millions d'euros après seulement une saison dans le Nord, le Nigérian, arrivé précédé d'une réputation flatteuse dans le championnat belge, avait rapidement convaincu grâce à son sens du but et sa capacité à répéter les efforts. 

Il s'était montré à la hauteur de la traditionnelle lignée des jeunes attaquants lillois, en remplaçant avec brio son prédécesseur Nicolas Pépé, parti lui à Arsenal. Agé de 20 ans, comme Osimhen lorsqu'il a débarqué à Lille, et lui aussi très en vue outre-Quiévrain, Jonathan David sait que la comparaison est inévitable. De là à y voir une influence sur son choix, lui qui était courtisé par une bonne partie de l'Europe?

En avance 

"Il y a pu en avoir une petite, parce que lui aussi vient  de Belgique et que notre parcours est similaire. Cela a un peu joué, si ça s'est très bien passé pour lui, cela peut très bien se passer pour moi", a répondu le nouvel arrivant lors de sa présentation à la presse. Jusqu'ici, il est même en avance sur les bases de son aîné au même âge : auteur de 30 buts en championnat, 7 en Ligue Europa et 11 en sélection en deux ans chez les pros, Jonathan David possède déjà une expérience non-négligeable. 

Au-delà de sa capacité à se hisser au niveau de la Ligue 1, ce qui ne fait guère de doute pour ceux qui l'ont notamment vu marquer deux buts à Saint-Etienne et un à la Roma la saison dernière en C3, la principale question concerne son adaptation.

Entre le prix de son transfert, le changement de club et de système de jeu, le natif de Brooklyn (Etats-Unis) sait qu'il aura beaucoup de paramètres à gérer.

"C'est un honneur d'être recruté aussi cher mais ça ne met pas de pression. Je peux parfois la sentir mais, comme je suis calme, personne ne va le voir", a-t-il dit, quelques jours avant de faire ses débuts contre Brest en match de préparation (1-2).

"Trouver des automatismes" -

Auteur du seul but des siens, Jonathan David, qui se décrit comme un attaquant qui "sait être à la bonne place au bon moment et aime beaucoup redescendre et combiner", a encore du travail pour être prêt.

"Il n'avait pas joué depuis le mois de mars et on a passé beaucoup de temps dans la semaine à corriger ce qui n'allait pas dans le positionnement face à Brest", a souligné Christophe Galtier en conférence de presse jeudi.

"Mais c'est normal, quelles que soient la qualité et l'expérience du joueur, quand il découvre une équipe, encore plus quand elle a des principes clairement définis et qu'il évolue très haut dans le jeu. On a passé beaucoup de temps à travailler pour trouver des automatismes car on ne règle pas ça en quelques séances", a ajouté l'entraîneur nordiste.

Burak Yilmaz, l'autre attaquant du 4-4-2 lillois, est lui aussi arrivé il y a seulement quelques semaines. C'est donc une association toute neuve qui se présentera face à Rennes, équipe qui avait devancé le LOSC d'un rien pour la qualification en Ligue des champions la saison dernière.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport ligue 1