Sur TikTok un détenu se filme dans sa cellule, les surveillants de la prison d'Annœullin se sentent "tournés en ridicule"

Sous le nom de Stifler, le détenu d'Annœullin comptabilise 55 000 abonnés sur TikTok, où il poste des vidéos illégalement depuis sa cellule. Une situation qui place la direction et les surveillants dans l'embarras, se sentant ridiculisés par le TikToker. Le détenu a été déféré devant le tribunal judiciaire de Lille le 23 janvier.

Depuis cinq mois, un TikToker est devenu la bête noire du centre de détention d'Annœullin, au sud de Lille. Et pour cause : le créateur de contenu, qui sévit sous le nom de Stifler, est en réalité un détenu de la prison d'Annœullin, qui aurait réussi à se procurer un téléphone illégalement.

Avec une vingtaine de vidéos à son actif depuis septembre 2023, le détenu de 28 ans - selon ses followers - poste régulièrement du contenu où il se met en scène dans un show mi-insolent, mi-excentrique, mi-on-ne-comprend-pas-trop. Stifler président, Stifler au volant d'une voiture de course, Stifler qui cherche son âme sœur, Stifler présentateur météo... Les thématiques abordées par l'internaute sont nombreuses.

Dans son jogging et devant des drapeaux du PSG, le détenu aux 55 000 abonnés pousse le concept jusque dans ses directs vidéo, où il a par exemple avoué son amour à la directrice du centre de détention avec impertinence, sur un air de Lara Fabian : "Madame la directrice, je t'aime ! Comme un fou, comme un soldat !", scandait le détenu en poussant la chansonnette.

@stiflerrbxofficiel #pourtoi #pourelle #humour ♬ son original - 𝒮𝓉𝒾𝒻𝓁𝑒𝓇-ℛ𝒷𝓍

Les surveillants devenus "la risée de la Pénitentiaire"

Quid de la limite entre le premier et le second degré du personnage créé par Stifler ? Une chose est sûre, la direction et les syndicats de surveillants pénitentiaires s'insurgent contre les bravades ostentatoires du détenu sur les réseaux.

Dans un communiqué adressé à la directrice du centre d'Annœullin, le SPS (Syndicat pénitentiaire des surveillants et surveillants brigadiers) met en avant son ras-le-bol de se trouver "tourné en ridicule chaque soir" par le TikToker, soumis à une peine de 10 ans de prison ferme.

Faut-il que nous aussi nous fassions des TikTok pour vous faire réagir ?

Syndicat pénitentiaire des surveillants

"Faut-il que nous aussi nous fassions des TikTok pour vous faire réagir ?" La situation touche durement les surveillants, devenus "la risée de la Pénitentiaire" et victimes selon eux de brimades par les détenus et leurs collègues d'autres centres de détention. Pour remédier à cette insécurité, le syndicat demande à la directrice de procéder à une fouille de grande ampleur dans l'établissement.

Comparution immédiate

Depuis, des fouilles ont été menées dans la cellule du TikToker par la direction d'Annœullin. Ces vérifications, effectuées le 12 janvier dernier, ont permis de découvrir plusieurs objets interdits dissimulés dans la chambre, dont le fameux téléphone portable qu'il utilisait vraisemblablement pour ses vidéos. Le même jour, Stifler est passé en commission de discipline "afin d’apporter une réponse pénitentiaire" aux faits de détention de téléphone.

Selon la direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) de Lille, le détenu "a fait l’objet de plusieurs comptes rendus d’incidents relatifs à la détention de portable" depuis son arrivée au centre de détention.

Concernant l'autorisation réglementaire de fouille réclamée par les surveillants afin d'inspecter la cellule du TikToker, la DISP indique que, au quotidien, les surveillants pénitentiaires peuvent "effectuer une fouille de cellule lorsqu’ils observent directement un objet ou substance prohibé dans la cellule d’une personne détenue."

Le tribunal judiciaire de Lille indiquait ce mercredi 24 janvier 2024 qu'une enquête a depuis été ouverte par la Procureure de Lille pour  "recels d'objets introduits illicitement en détention notamment des téléphones et cartes sim". "Le mis en cause a été déféré le 23 janvier en vue d’une comparution immédiate et son compte Tik Tok a été supprimé", ajoutait le Parquet.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité