Vidéo. Des championnats de France handisport ce week-end dans le Nord : Claire Mairie pongiste villeneuvoise handisport vise le titre

Publié le
Écrit par Emmanuel Pall

Ce week-end, le département du Nord accueille sur trois sites quelque 400 athlètes pour trois épreuves du championnat de France handisport. Gros plan sur l'une de ces athlètes, la pongiste nordiste championne du monde 2010, Claire Mairie.

Quand elle évoque ses meilleurs souvenirs de tennis de table, on devine à l'entendre quelle a été son émotion. Le sourire se forme sur son visage, le débit de la voix s'accélère et la maladie est oubliée.

Sur le terrain, elle se définit comme quelqu'un qui a " envie de gagner ", " qui ne lâche pas ", avec " une bonne gestion des matchs " (entendez qui gère ses émotions positives ou négatives) pour aller de l'avant. Un exemple, en 2010 en Corée du Sud, lors des mondiaux , elle a failli perdre en match de poule. Elle montera finalement sur la plus haute marche du podium après avoir été menée 2 sets à 0 en finale. Sa plus belle victoire.

Une polyarthrite-rhumatoïde

Claire a 21 ans quand des douleurs aux poignets et aux articulations surviennent. Nous sommes en octobre 1999. Rapidement l'hypothèse d'un cancer des os est écartée mais deux mois plus tard le diagnostic tombe : polyarthrite-rhumatoïde. Depuis, deux opérations de la cheville gauche (remplacée par une prothèse aujourd'hui), une opération de l'avant du pied, une du coude, et une de la hanche (prothèse également).

Quand je suis à la caisse d'un supermarché, je peux souffrir d'attendre debout sans bouger. Ce n'est pas une position idéale, loin de là. Alors que quand j'étais en fauteuil, tout le monde s'écartait mais moi, je m'en foutais d'attendre. J'étais assise !

Claire Mairie

Le regard sur son handicap est particulier, "quand je suis à la caisse d'un supermarché, je peux souffrir d'attendre debout sans bouger. Ce n'est pas une position idéale, loin de là. Alors que quand j'étais en fauteuil, tout le monde s'écartait mais moi, je m'en foutais d'attendre. J'étais assise ! Que voulez-vous, c'est une caractéristique du handicap invisible". 



Aujourd'hui maman, avec son mari Benoît, de trois jeunes sœurs colombiennes de 6, 7 et 9 ans, adoptées et venues en France en novembre dernier, Claire estime que la famille s'est d'emblée formée avec le bon travail préparatoire effectué en Colombie. "On a l'impression de les avoir depuis toujours. Elles sont très câlines" sourit Claire.

Sa maladie a-t-elle eu un rôle dans la décision d'adopter ? "Oui, car il fallait arrêter les traitements pour que je puisse tomber enceinte et, cela aurait été synonyme de douleurs intenses et répétées sur la durée. Comme nous voulions plusieurs enfants, on a choisi d'adopter".  

Aujourd'hui, Claire porte un regard mesuré, faisant la part des choses sur sa maladie. "Elle m'a permis de vivre plusieurs passions comme l'investissement en équipe de France, les olympiades d'Athènes (bronze), Pékin (4e en individuel) et Londres (4e à nouveau).".  

Si les projets ne manquent pas, à commencer par l'objectif de ces championnats de France handisport, même s'il faut le dire, Claire estime avoir moins de pourcentage de chance que les années précédentes ; aujourd'hui la championne aspire à une "vie classique", même si, tempère-t-elle, " elle ne sera jamais complètement classique à cause de cette maladie dégénérative ". 

Pour suivre son championnat, rendez-vous à Lille. Par ailleurs, Tourcoing accueille les épreuves de développés-couchés et Valenciennes la natation. A ce propos, pour suivre les épreuves de natation en vidéo cliquez sur les liens suivants : 

Samedi 4 juin 2022
Séries
Finales     

Dimanche 5 juin 2022
Séries 
Finales


Les épreuves se déroulent vendredi, samedi et dimanche. Elles rassemblent quelque 400 athlètes sur trois sites, dont certains médaillés aux jeux paralympiques de Tokyo 2020.