VIDEO. Justice pour Selom et Matisse : une marche organisée à Lille deux ans après la mort des jeunes

Le 15 décembre 2017, Selom et Matisse meurent happés par un train suite à un contrôle de police à Lille. Depuis, leurs familles et leurs proches se battent pour obtenir la vérité sur ce qu'il s'est passé il y a deux ans. Le 14 décembre 2019, ils ont organisé une marche blanche à Lille. 

"La justice acquitte, la police assassine" scandent les manifestants dans le centre-ville de Lille samedi 14 décembre.
"La justice acquitte, la police assassine" scandent les manifestants dans le centre-ville de Lille samedi 14 décembre. © S. CHEVALLEREAU
"Hier, Zyed et Bouna ! Aujourd'hui, Selom et Matisse !" indiquait la banderole en tête de cortège samedi 14 décembre. Les deux jeunes lillois sont morts il y a presque deux ans jour pour jour alors qu'ils tentaient d'échapper à un contrôle de police, comme Zyed et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois en 2005. 
 
Les participants brandissaient de nombreuses pancartes pour réclamer justice.
Les participants brandissaient de nombreuses pancartes pour réclamer justice. © S. CHEVALLEREAU

Le 15 décembre 2017, Selom (20 ans) et Matisse (18 ans) sont tués par un train alors qu'ils sont poursuivis pas des policiers armés selon leurs proches. Les policiers eux, ont toujours nié cette version des faits.  
   
Malgré l'archarnement des familles, difficile de savoir ce qui s'est vraiment passé. Elles ont demandé une reconstitution des faits, refusée par le juge d'instruction. 
 
Deux ans après, les familles sont toujours à la recherche de la vérité.

Quelques jours après l'accident, Aurélien, un des quatre jeunes présent ce jour-là (il fait partie des deux jeunes survivants de l'arrestation), témoignait pour France 3 : "On était posés tranquillement avec mes amis ici, à fumer un petit joint. Tout à coup, la police est venue à 6, matraque à la main", expliquait le jeune homme. "Nous, comme on a l'habitude de se faire frapper par eux, on ne voulait pas se faire frapper. On était obligés de partir. Et le seul endroit pour partir, c'était les rails."
 
En deux ans, Valérie, la mère de Matisse, a demandé à maintes reprises au rescapé de livrer sa version définitive des faits, révèle une enquête de Vice. "Le problème, c'est qu'il ne dit jamais la même chose. Je ne peux pas me fier à ce qu'il raconte", déplore-t-elle. 

Si les forces de l'ordre, qui ont d'abord nié leur présence sur place ont depuis reconnu qu'une patrouille se trouvait sur place le 14 décembre 2017, impossible de savoir véritablement pour quelle raison les jeunes ont fui la police ce jour-là. L'instruction est toujours en cours.

"On approche des fêtes de Noël et cela fera encore un Noël que je ne ferai pas parce que je ne fête plus les fêtes", a témoigné la mère de Matisse pendant la marche blanche. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers justice société