"Je me sens utile" : au vaccinodrome de Marcq-en-Barœul, les bénévoles mobilisés mais pas en assez grand nombre

Les prises de rendez-vous explosent partout en France. Au vaccinodrome de Marcq-en-Barœul, on a les doses et les médecins. Mais il manque encore de bénévoles cet été pour suivre le rythme, ne pas bloquer la chaîne de vaccination et permettre aux volontaires de recevoir une dose rapidement.
De nombreux bénévoles sont mobilisés au centre de vaccination de Marcq-en-Barœul pour assurer le bon déroulement du parcours de vaccination. Ici, ils pré-remplissent les documentsd'information sur les patients avant qu'ils ne se fassent vacciner.
De nombreux bénévoles sont mobilisés au centre de vaccination de Marcq-en-Barœul pour assurer le bon déroulement du parcours de vaccination. Ici, ils pré-remplissent les documentsd'information sur les patients avant qu'ils ne se fassent vacciner. © Martin Vanlaton / FTV

La campagne de vaccination s’accélère, et retrouve un rythme de croisière. Après les annonces du Président de la République de l’extension du pass sanitaire pour accéder à la majorité des lieux publics dès le mois d’août, les plateformes de réservation de créneaux de vaccination sont saturées.

Depuis lundi, plus de trois millions de Français ont pris rendez-vous pour obtenir une première dose de vaccin. Mercredi 14 juillet, "99.035 rendez-vous avaient été pris pour une première injection pour la semaine du 12 au 18 juillet, soit une augmentation de plus de 76 % en quatre jours", a indiqué l'ARS.

Un constat ressenti au centre de vaccination XXL installé à l’hippodrome de Marcq-en-Barœul, l’un des plus importants de la région. On y vaccine en moyenne 1 000 personnes la semaine de 9 heures à 14 heures.

File d'attente devant l'entrée du vaccinodrome de Marcq-en-Barœul, samedi 17 juillet à midi.
File d'attente devant l'entrée du vaccinodrome de Marcq-en-Barœul, samedi 17 juillet à midi. © Martin Vanlaton / FTV

L’objectif de ce week-end : réaliser 5 000 primo-injections sur deux jours. Et les candidats sont nombreux, à tel point qu'il faut attendre plusieurs semaines pour trouver un créneau disponible sur la plateforme Doctolib. "Du fait de l’annonce du Président, ça accélère considérablement les prises de rendez-vous, témoigne Philippe Martin, un des médecins coordinateurs du centre de vaccination.

Au centre de vaccination de Marcq-en-Barœul, aucun créneau disponible avant plusieurs semaines pour une primo-injection.
Au centre de vaccination de Marcq-en-Barœul, aucun créneau disponible avant plusieurs semaines pour une primo-injection. © Martin Vanlaton / FTV

Et les profils sont variés. "Il y a tous les âges, toutes les professions. Les motivations sont diverses : départ en vacances, crainte du variant, envie d’avoir le pass sanitaire".

Appel aux volontaires

Médecins, infirmiers et pompiers sont sur le pont pour assurer les injections. Mais le centre tourne aussi grâce aux bénévoles qui permettent de tenir la cadence et de faire en sorte que la chaîne de vaccination tourne à plein régime. Leur rôle : orienter les personnes qui arrivent, pointer les rendez-vous, pré-remplir les dossiers médicaux ou encore éditer les QR codes. Et avec l’afflux de patients, les bras manquent.

"Il nous faut en tout plus de 1000 personnes bénévoles pour passer l’été".

Laurent Delemer, directeur de l’hôpital privé Le Bois dont dépend le centre de vaccination de Marcq-en-Barœul

"Au lendemain des annonces du Président, nous avons lancé un appel pour recruter 200 bénévoles pour ce week-end", raconte Laurent Delemer, directeur de l’hôpital privé Le Bois dont dépend le centre de vaccination. Le pari a été réussi cette semaine, mais les appels aux volontaires vont être renouvelés tout au long des mois de juillet et août. "Il nous faut en tout plus de 1000 personnes bénévoles pour passer l’été", résume-t-il.

"Je me sens utile"

Thierry Ovigneur habite la commune voisine de Wattignies. Il n’a pas hésité une seule seconde à s’engager lorsqu’il a pris connaissance de l’appel lancé par le centre. "C’est fondamental. Quand tout le monde sera vacciné, on n’aura plus de problème", lance-t-il. Ce retraité s’occupe pour la toute première fois de recueillir les informations des patients à leur arrivée : prénom, nom, date de naissance et numéro de sécurité sociale. Lorsqu’on lui demande s’il ne préférerait pas être ailleurs, Thierry sourit. "C’est sûr que je serais surement mieux avec mes amis autour d’un barbecue… Il réfléchit. Mais je préfère être ici parce que je me sens utile".  

À deux tables de là, Caroline Hochart tient le même discours. Pharmacienne, elle a décidé de s’engager sur son temps libre il y a quelques semaines déjà pour participer à l’effort collectif. "Il faut vraiment que tout le monde se fasse vacciner, sinon on n’y arrivera pas", assure-t-elle.

Les données saisies dans cette salle permettent d'imprimer le QR code après avoir reçu une injection. Tous sont bénévoles.
Les données saisies dans cette salle permettent d'imprimer le QR code après avoir reçu une injection. Tous sont bénévoles. © Martin Vanlaton / FTV

Alain Mazereeuw, retraité lui aussi, est arrivé ce matin dès 7h30 pour occuper le poste de facilitateur. "Je récupère les documents quand la personne a été vaccinée, je les rapporte dans une autre pièce pour la saisie et une fois que c’est fait, je récupère les documents et le fameux certificat Covid pour le rendre à la personne".

Comment devenir bénévole ?

Les postes sont bien définis et aucune expérience n’est demandée. "S’il n’y avait pas de bénévoles au service de cette mission, on bloquerait toute la chaine et il y aurait une queue pas possible, résume Alain. Je pense que dans sa vie, chacun peut donner un petit peu de temps aux autres". Gaëtan Delacroix, 25 ans et doué en informatique, a été affecté à la saisie. "J’ai pas l’impression d’avoir un rôle spécifique mais je joue ma part, raconte-t-il. Qu’on soit jeune ou un peu plus vieux, c’est important de s’impliquer".

Si vous avez envie d'aider comme Caroline, Thierry, Alain ou Gaëtan, rien de plus simple. Pas besoin de s’engager plusieurs semaines. Il faut au minimum être disponible sur un créneau de 5 heures correspondant à la durée d’une vacation. Pour postuler, il suffit de contacter Dimitri Coquart au 06 14 35 06 31 ou via l’adresse mail d.coquart@ramsaygds.fr.

Les entreprises invitées à réserver des créneaux groupés pour leurs salariés

Au-delà des rendez-vous de particuliers, le centre de Marcq-en-Barœul propose aux entreprises de réserver des créneaux entiers pour permettre aux salariés d’une même entreprise de se faire vacciner. "On l’a déjà fait pour le personnel de l’hôtel Clarence à Lille ou la Boucherie Evrard. On a aussi un partenariat avec le groupe de BTP Rabot Dutilleul installé à Croix, avance Laurent Delemer. Si des entreprises veulent faire la même chose pour le proposer aux salariés, on peut créer des créneaux spécifiques".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société