Reprise d'Ascoval à Saint-Saulve : "Nous allons investir", promet le nouveau propriétaire

Le repreneur de l'aciérie d'Ascoval a assuré, ce vendredi, croire en la France.

L'intérieur du site de Saint-Saulve en novembre 2018.
L'intérieur du site de Saint-Saulve en novembre 2018. © AUBERIE PERREAULT / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
"Nous croyons en la France" et "nous allons investir", promet le repreneur de l'aciérie d'Ascoval à Saint-Saulve, près de Valenciennes (Nord) et de l'usine de rails d'Hayange (Moselle), qui vient d'obtenir le feu vert du gouvernement français pour cette opération stratégique.

L'homme d'affaires Sanjeev Gupta, président de GFG Alliance, la maison mère du groupe britannique Liberty House, annonce ses ambitions dans un entretien à l'AFP.

Les salariés accueillent votre arrivée avec soulagement pour certain, avec inquiétude pour d'autres. Est-ce que vous allez investir pour développer Ascoval et Hayange ?

► Cette entrée de Liberty dans l'industrie sidérurgique (française) est une étape très importante pour Liberty donc elle fera l'objet d'une attention et d'un soin maximums. Clairement nous allons investir (...) Ces entreprises ont un grand futur donc nous allons investir pour les faire croître. 

Notre modèle, notre philosophie, notre mission ont depuis le début été fondés sur le concept de "Greensteel" ("acier vert", à moindre impact écologique NDLR) et là ça coche toutes les cases. C'est en France et nous croyons en la France. C'est en Europe et nous croyons en l'Europe. C'est dans l'"acier vert" en lequel nous croyons et ces entreprises fabriquent un produit à haute valeur ajoutée qui est stratégique et nécessaire. 

Pour ce qui nous concerne, c'est une opération cinq étoiles et elle bénéficiera d'une attention maximale. Comment développer une activité rentable dans l'acier quand la Chine produit massivement à bon marché ? 

► Nous pensons que fabriquer de l'acier à partir de recyclage est supérieur économiquement, particulièrement en France, parce que la France dispose d'une abondance de ferraille d'acier. La France est le second exportateur de ferraille dans cette partie du monde après le Royaume-Uni. 

Et la France dispose d'une énergie compétitive et qui émet peu de CO2, parce qu'elle est produite par le nucléaire et les renouvelables. Donc pour notre philosophie de l'"acier vert" le pays dispose des meilleurs ingrédients dans le monde entier pour fabriquer de l'acier de manière compétitive, face à n'importe quel pays.

Et pour ce qui concerne les produits stratégiques comme les rails, chaque pays produit les siens car ce sont des industries très stratégiques qu'on ne peut pas se permettre de laisser mal tourner, parce que l'impact sur l'économie est beaucoup plus grand si ça tourne mal.

Donc c'est un produit qui doit être fabriqué localement et bien sûr Hayange a une longue histoire dans la fabrication de produits ferroviaires de grande qualité. Ses produits haut-de-gamme sont connus dans le monde entier.

Donc nous allons naturellement protéger et utiliser cet avantage non seulement pour vendre en France mais aussi en Europe et même dans le reste du monde.

Vous avez repris beaucoup d'entreprises en France ces dernières années (Aluminium Dunkerque, les fonderies du Poitou, le carrossier Durisotti...). Pourquoi investir dans ce pays?

► Quand le président Macron a été élu, nous avons pris la décision de choisir la France comme destination et d'en faire une part essentielle de notre activité. Parce que nous pensons que les choses qui sont en train de se passer en France en font un très bon environnement pour l'investissement. Et d'autres que nous en ont aussi fait la preuve: la France est désormais la destination numéro un pour l'investissement étranger en Europe.

Donc nous pensons qu'elle a un grand futur, tout comme elle a un grand héritage industriel, avec des industries comme Ascoval, Hayange, Aluminium Dunkerque... Il y a une longue histoire et une expertise. Les gens sont passionnés par l'industrie, croient toujours en l'industrie et veulent la voir prospérer...

C'est pourquoi nous avons choisi de faire de la France une plateforme importante. Nous avons d'abord réussi dans l'aluminium et maintenant nous faisons une entrée en force dans l'"acier vert". Nous sommes très heureux et fiers de ce moment.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ascoval économie