La rencontre de football féminin dégénère entre Roubaix et Beauvais : une blessée et deux plaintes

Samedi 27 janvier 2024, à Roubaix, à la fin du match de football U18 entre les équipes féminines de Roubaix-Wervicq et de Beauvais, une joueuse roubaisienne de 16 ans a été blessée à la tête, a priori par un coup de pied. Le président roubaisien a réagi vivement sur les réseaux sociaux et a porté plainte en compagnie de la famille de la victime, lundi. L'AS Beauvais-Oise a réagi par communiqué et menace d'une réaction judiciaire également. Pour diffamation.

Sur les faits, à l'issue du match de football entre Roubaix-Wervicq et Beauvais les féminines U18 auraient refusé de se serrer la main. Suit une altercation, et une joueuse roubaisienne de 16 ans est blessée à la tête et a dû être hospitalisée, selon son club.

De part et d'autre, la colère n'est pas retombée... Le président du club de football féminin de Roubaix - Wervicq, le RCRWF, Jean-Baptiste Gallen a posté samedi 27 janvier après le match une vidéo intitulée "inadmissible" dans laquelle il regrette vivement le coup porté à sa joueuse. Un coup de pied dans la tête serait à l'origine de sa blessure. 

Une plainte a été déposée au commissariat de Lille pour coups et blessures. La victime de 16 ans va physiquement "relativement bien", selon le président roubaisien mais serait "psychologiquement très choquée", ce qui désole l'homme, qui regrette ainsi que le foot féminin suive certaines dérives du foot masculin. En fin de message posté samedi Jean-Baptiste Gallen assure ne plus vouloir que ses équipes jouent contre Beauvais et "si les institutions ne font pas quelque chose, je suis prêt à retirer toutes nos équipes de tous les championnats et fermer mon club". 

À Beauvais, Abdelkader Sahnoun, responsable de la section féminine, ne souhaite pas s'exprimer sur cette histoire et regrette la communication à chaud du président roubaisien, notamment les accusations précises qu'il formule. À ce propos, le club ASBO a par ailleurs fait part de son intention de porter plainte dans un communiqué pour diffamation et propos mensongers. Le club beauvaisien écrit disposer de vidéos attestant de sa version des faits.