Roubaix : enquête de l'IGPN après une plainte pour viol visant un policier

Une jeune femme de 35 ans estime avoir été victime d'un viol par un policier à Roubaix. Le mis en cause juge que la relation était consentie. 

Illustration
Illustration © Frederik Giltay / France 3 Hauts-de-France

La relation sexuelle était-elle ou non consentie ? Une Roubaisienne accuse de viol un policier, délégué syndical et détaché permanent dans la métropole lilloise. Une enquête, confiée à la police des polices, est en cours. "L'enquête débute", affirme le parquet de Lille. Le policier mis en cause reconnaît une liaison mais conteste tout viol et toute agression, selon son avocat, interrogé par l'AFP. 

Il y a une liaison, mais tout est consenti. On conteste qu'il y ait eu quoi que ce soit de forcé.

Maitre Riglaire, l'avocat du policier.

La plaignante raconte avoir rencontré le fonctionnaire de police alors qu'elle venait déposer une plainte au commissariat de Roubaix. Ce policier lui aurait ensuite écrit plusieurs SMS, jusqu'à ce qu'elle accepte de le recevoir à son domicile, où il l'aurait violée. Selon les déclarations à l'AFP de l'avocat du policier, Me Emmanuel Riglaire, "ils se sont croisés dans les locaux" du commissariat et "c'est elle qui a récupéré ses coordonnées et qui est entrée en contact avec lui". 

"Il y a une liaison, mais tout est consenti. On conteste qu'il y ait eu quoi que ce soit de forcé", continue l'avocat dénonçant des "rumeurs nauséabondes""L'homme que je défends est impatient de laver son honneur et d'apporter les éléments matériels qui prouvent la réalité de son innocence", a-t-il ajouté.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers police société sécurité