VIDÉO. Coronavirus : gérer l'afflux de patients, soigner les malades... Plongée au cœur des urgences de Tourcoing

Publié le Mis à jour le
Écrit par Q.V avec D. Schlienger
© FRANCE 2

Une équipe de France 2 a passé plusieurs heures en immersion parmi les urgentistes du CH Dron, à Tourcoing.

"Madame, gardez les bras sur vous, d'accord ? Ça va secouer un petit peu, on va vous changer de lit. Un... deux... trois !" Cette retraitée de 68 ans a une dizaine de soignants à son chevet. Hospitalisée depuis une semaine au CH Dron, à Tourcoing (Nord), elle a vu son état s'agraver dans la nuit et a été déplacée vers un lit en réanimation.

 

"Vous êtes surveillée 24H sur 24 ici"


"Depuis combien de temps vous avez du mal à respirer ?" lui demande un soignant. La sexagénaire, consciente mais désorientée, a les poumons encombrés. Pour la rassurer, on lui explique chaque geste pratiqué sur elle. "Je vais vous poser une perfusion, d'accord ?"

 
Coronavirus : gérer l'afflux de patients, soigner les malades... Plongée au cœur des urgences de Tourcoing

 
Cette dame a ressenti les premiers symptômes du Covid-19 au retour d'une croisière en Jamaïque. Plusieurs touristes du même bateau ont été infectés par le coronavirus. D'une voix faible, elle échange avec le médecin à côté d'elle :

"— Comment je vais faire pour remonter ?
— Là, l'important, c'est de vous donner de l'oxygène. Vous êtes surveillée 24H sur 24 ici. Il y a toujours un médecin qui est là.
— Ça  va aller ?
— On espère, madame. On va tout faire pour que ça aille.
"

La patiente, qui se dit "fatiguée", a désormais besoin d'un respirateur pour avoir suffisamment d'oxygène. "On peut pas prévoir l'évolution que ça va avoir", confie le Dr. Maxime de Saint-Martin, médecin réanimateur. "Est-ce que ça va aller dans le bon sens et s'améliorer, ou est-ce qu'il va falloir aller plus loin ?

 

"J'étouffais, j'avais mal à la poitrine"


Peu de temps après, cinq patients arrivent aux urgences. Parmi eux, quatre ont des symptômes correspondant au coronavirus. "Elle a de la fièvre, elle tousse", décrit un urgentiste, pour qui c'est un cas "très suspect d'infection à Covid-19".

Il y a aussi ce jeune homme de 34 ans, hospitalisé avec de la fièvre et des douleurs aux reins, ou encore ce retraité de 76 ans, qui "s'est réveillé ce matin avec du mal à respirer". "J'étouffais, j'avais mal à la poitrine", explique-t-il.  

"Vous toussez depuis combien de temps ?" demande-t-on à une dame qui ne peut s'empêcher de tousser. "Depuis hier", répond-elle. "Vous vous sentez gênée pour respirer ?" "Un petit peu." Pour tester sa lucidité, les médecins lui répètent plusieurs fois les mêmes questions.

 

Pas encore le pic


"Vu l'âge, vu les risques probables, à plus de 80 ans, d'une dégradation de son état respiratoire et quand on la voit tousser comme ça, je pense que c'est quelqu'un qu'on va garder", estime le Dr. Hacène Moussouni, chef des urgences de Tourcoing, "parce qu'on a un fort risque de dégradation dans les jours qui viennent."

Mercredi, les services du CH Dron à Tourcoing accueillaient déjà plus d'une soixantaine de patients contaminés, pourtant le pic est loin d'être atteint.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.