• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Séisme en Indonésie : une famille du Nord raconte sa soirée cauchemardesque

La famille va quitte l'Indonésie samedi. / © DR
La famille va quitte l'Indonésie samedi. / © DR

Une famille de Famars, près de Valenciennes, était Indonésie au moment du séisme qui a secoué le pays ce dimanche. Tous indemnes, ils racontent cette soirée qu'ils ne sont pas prêts d'oublier.

Par Margot Desmas

"Tout était réuni pour passer une soirée de rêve", se rappelle Olivier Talbert. Parti en Indonésie avec sa famille et des amis pour les vacances, le chef d'entreprise originaire de la région de Valenciennes était sur l'île Gili Trawangan, au large de Bali, ce dimanche, quand le séisme est survenu.

La terre se met à trembler au niveau 7 sur l'échelle de Richter. Le groupe décide aussitôt de quitter le restaurant dans lequel il était installé pour rejoindre leur villa. "Et là, nous avons découvert l'horreur", poursuit le père de famille.

L'électricité coupe, laissant tous les passants dans le noir absolu. "les Balinais que nous croisions avaient la peur dans leurs yeux. Ils avaient tous peur du tsunami. Alors nous nous sommes mis à courir en suivant la foule, sans savoir où nous allions", se rappelle-t-il.
 
Séisme en Indonésie : une famille du Pas-de-Calais raconte sa soirée cauchemardesque
>> Quentin Carudel

Ils se retrouvent alors perchés sur une colline où les mouvements de foule se multiplient, sans réseau sans moyen de contacter les secours. Ce n'est que quelques heures plus tard que les Français ont pu se diriger vers l'ambassade. Le bilan tombe : il y a 87 morts et des centaines de blessés.

La famille du Nord reste dehors toute la nuit alors que tous sont vêtus de shorts et de bermudas et vers 6h le lendemain matin, ils redescendent vers leur habitation. "C'était le chaos, l'île était détruite. Nous avons pris la décision de partir immédiatement en essayant de se faire rapatrier", explique le Valenciennois.

Mais les garanties de leur assurance ne fonctionnent pas en cas de catastrophe naturelle. Alors l'attente se poursuit. Le groupe passe plus de 15 heures à attendre pour se faire évacuer vers Bali en ferry. Ils rentreront finalement en France ce samedi.

De son propre aveu, Olivier Talbert n'est pas prêt d'oublier ce 5 août. Et de conclure : "tout le monde est en bonne santé c'est le principal".

 

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus