VAFC : Patrick Partouche officialise son entrée au capital

Publié le Mis à jour le
Écrit par YF

Patrick Partouche, président du groupe de casinos du même nom, a officialisé ce lundi dans un entretien à La Voix des Sports son entrée au capital du club de Valenciennes. 

Début janvier, Patrick Partouche était encore actionnaire minoritaire du LOSC aux côtés de Michel Seydoux. Après avoir revendu ses parts à Gérard Lopez, le nouveau propriétaire des Dogues, a décidé cette fois d'investir dans un autre club de foot nordiste : le VAFC. "Je suis de Valenciennes, j’ai étudié au lycée Wallon. Valenciennes, c’est ma région", justifie-t-il dans l'entretien paru ce lundi dans La Voix des Sports.

Patrick Partouche s'était renséigné au départ pour racheter le club de Ligue 2, mais le président Eddy Zdziech, actionnaire majoritaire, lui a fait savoir qu'il n'était pas vendeur, ce qui a généré des tensions avec Laurent Degallaix, le maire UDI de Valenciennes, le VAFC restant une entité financièrement vulnérable. "J’ai un profond respect pour les entrepreneurs qui prennent des risques", souhaite rassurer Patrick Partouche. "Je ne viens pas comme un prédateur, je ne suis pas là pour prendre quoi que ce soit. (...) À aucun moment on ne souhaite le conflit. Il faut respecter le travail fait par Eddy Zdziech."

Concrètement, le nouvel actionnaire a sorti 1,5 million d'euros pour entrer au capital et verser un accompte en compte-courant. De l'argent frais plutôt bienvenu avant l'audition mercredi du VAFC par la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG), le "gendarme financier" du foot français. "On va amener quelques fonds importants avant la DNCG, ça va rassurer tout l’environnement", explique Patrick Partouche. "On est là comme une petite fée posée sur le berceau. Notre relation est inscrite dans la durée."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité