À Valenciennes, Emmanuel Macron annonce la création de 200 emplois industriels

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron était en visite mardi à Valenciennes, où un accord a été signé entre les groupes Vallourec, Safran et Air-France-KLM. Le ministre a annoncé la création de 200 à 250 emplois industriels.

Un centre-ville de Valenciennes bouclé, des manifestants tenus à distance, pendant qu'en sous-préfecture, le ministre de l'économie assistait à l'officialisation de l'arrivée de Safran et Air France-KLM sur la zone d'activité de Sars et Rosières. 

200 à 250 emplois

Une convention a été signée entre les groupes Vallourec, Safran et Air-France-KLM, avec le soutien des pouvoirs publics. Vallourec, qui a lancé un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), s'est engagé à accompagner financièrement Safran et Air-France-KLM dans l'embauche et le recrutement d'une soixantaine de ses employés, alors que Safran et Air France-KLM ont décidé de créer une usine commune de maintenance de moteurs d'avion dans les Hauts-de-France, devant créer 200 à 250 emplois d'ici à 2020.

« Il y aura entre 200 et 250 emplois industriels sur le territoire et des perspectives offertes à une soixantaine de salariés du groupe Vallourec, qui en étant reformés, pourront, à horizon 12 à 18 mois, retrouver un emploi dans ce nouveau projet », s'est félicité le ministre.

Un lien entre la région et l'Etat

Venu pour une table ronde sur la réindustrialisation des Hauts-de-France, le ministre en a profité pour annoncer aussi la création d'un poste de Commissaire spécial à la revitalisation de la Région, confié à Philippe Vasseur, ancien ministre et président de la Chambre de commerce et d'industrie.

« Il s’agit de coordonner, de mettre en place toutes les possibilités, toutes les forces qui existent. D’être le trait d’union entre les services de l’Etat, de la région mais aussi avec le monde économique, les représentants des entreprises », explique celui-ci.

Emplois sauvés

Emmanuel Macron a ensuite poursuivi sa longue journée en visitant les ateliers de l'un centre de formation pour adultes. Un petit mot, un selfie, le ministre a pris le temps d'écouter chacun avant de rejoindre l'usine de matelas Simmons de Saint-Amand qui vient d'être reprise et dont les 185 emplois ont été sauvés.

" J’ai tarabusté chaque semaine à l’Assemblée nationale le ministre ici présent aujourd’hui, explique Alain Bocquet, député-Maire de Saint-Amand les Eaux. Finalement, le tribunal de Meaux a fait le bon choix, le choix qui correspondait au sentiment de tous les représentants des salariés."

Manifestants

Finalement, le ministre a décidé d'aller à la rencontre des manifestants de la CGT qui l'attendaient depuis le matin.

« S’il y a encore des manifestants j’irai les saluer, je vais toujours au contact les saluer. Avec esprit de respect et volonté de dialoguer, j’espère qu’il en est de même », a expliqué le ministre.

Mais les manifestants avaient abandonné les lieux. Emmanuel Macron a pu rentrer à Paris sans entendre les opposants à la Loi Travail du valenciennois.