VIDEO. Lille : les musulmans se préparent à un ramadan différent pour cause de confinement

Ce jeudi soir, c'est la "nuit du doute" qui marque le début d'un mois de jeûne pour toute la communauté musulmane. Un ramadan 2020 un peu étrange, confinement oblige. Pas de prière à la mosquée, pas de grand rassemblement familial. Mais une fête célébrée en petit comité.
Les courses ce jeudi au marché de Wazemmes, avant le début du Ramadan.
Les courses ce jeudi au marché de Wazemmes, avant le début du Ramadan. © FRANCE 3
Le jeûne commence officiellement ce vendredi. Pour préparer les repas nocturnes, c'est le moment de se ravitailler. Au marché lillois du quartier de Wazemmes, il faut un peu de patience avant d'accéder aux étals. Mais le ramadan, c'est sacré !

La fête aura bien lieu, tradition oblige. Même si le ramadan 2020 aura une saveur particulière. Les lieux de culte restent fermés. Et les rassemblements sont toujours interdits. Chaque musulman s'adaptera. Il faudra prier chez soi, et couper le jeûne en petit comité... "C'est bizarre pour les mosquées, on a l'habitude d'y aller, mais on va le faire chez nous, c'est tout", se résigne une fidèle. 
 
Lille : les musulmans se préparent à un ramadan différent pour cause de confinement

Triste aussi pour les maraîchers et les traiteurs halal. Lors du mois du ramadan, d'habitude, leur chiffre d'affaire explose. Après dix jours de fermeture totale, le boucher Anas Razzouk a réaménagé ses locaux, il a retrouvé une partie de sa clientèle. "Avec le confinement, c'est un peu difficile, mais comme vous voyez, les gens viennent et font leurs courses normalement. Ils essaient de faire le ramadan comme d'habitude, même s'il n'y aura pas les prières comme d'habitude le soir. Mais on essaie de s'organiser comme on peut pour bien faire un ramadan 2020 spécial".
 

Un pilier de l'Islam


Dans ce contexte de crise sanitaire, la communauté musulmane de la région s'apprête à vivre un ramadan sans précédent, en privé, loin des autres. Il s'agit d'un des piliers de l'Islam : les croyants sont invités à s'abstenir de boire, de manger et d'avoir des relations sexuelles, de l'aube - dès que l'on peut "distinguer un fil blanc d'un fil noir" dit le Coran - jusqu'au coucher du soleil.

Le président la République Emmanuel Macron a affirmé aux responsables de culte mardi soir vouloir attendre jusqu'à début-juin ou mi-juin avant toute réouverture des lieux de culte.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ramadan religion société covid-19 santé