On a vu “La ch'tite famille” de Dany Boon : ce qu'on a aimé, ce qu'on n'a pas aimé

Le nouveau film de Dany Boon "La ch'tite famille" sort ce vendredi dans les Hauts-de-France. Nous l'avons vu en avant-première. Voici ce que nous en avons pensé. 

Par Emmanuel Magdelaine

"La ch'tite famille" de Dany Boon : ce qu'on a aimé


1. Le scénario
Efficace, simple et bien mené. Valentin (Dany Boon) et sa femme Constance (Laurence Arné) forment un couple de designers parisiens, snobs et hautains. Le jour du vernissage d'une expo au Palais de Tokyo, ils sont confrontés à l'arrivée impromptue de la famille nordiste de Valentin D. (en fait Duquenne mais il ne faut pas le dire). Une famille "de beaufs" (dixit François Berléand, l'agent du couple) qu'il faut à tout prix cacher pour ne pas nuire à la bonne santé économique de la petite entreprise. Jusqu'à ce que Valentin, suite à un accident, perde la mémoire. Il retrouve alors son parler et ses réflexes ch'tis. On ne vous en dit pas plus mais ne vous attendez pas à de grosses surprises.

L'histoire tourne autour de la confrontation de deux mondes. Le milieu bobo parisien est autant ridiculisé et caricaturé que les ch'tis. L'idée n'est plus originale depuis "Bienvenue chez les ch'tis" mais Dany Boon a su éviter le piège de la suite ratée en choisissant plutôt de tourner une "variation sur le même thème".  


2. Laurence Arné et François Berléand
Les deux non ch'tis du casting principal sont très à l'aise dans leur rôle de "parigots" confrontés au ch'ti. Berléand parle des "chlip's" (ch'tis) pendant tout le film pendant qu'Arné est presque touchante dans sa volonté d'apprendre le ch'ti. 

Dany Boon et Laurence Arné / © David Koskas
Dany Boon et Laurence Arné / © David Koskas


3. Les scènes d'émotion
Plusieurs fois, Dany Boon appuie (un peu de piano s'il vous plait) sur des moments de retrouvailles ou de nostalgie. Des scènes assez réussies, un peu tire-larmes, qui sont plus nombreuses que dans les précédents films de Dany Boon. Notamment celle dans laquelle Suzanne (Line Renaud) sermonne son fils : "On peut devenir riche mais on ne doit pas oublier d'où qu'on vient...". Ou encore cette réplique de Dany Boon : "J'aime pas ce que je suis devenu alors j'essaie de me rappeler de qui j'étais". 

Le comédien-réalisateur d'Armentières a tenu aussi à faire quelques jolis clins d'oeil nostalgiques et nordistes : sa boîte de crayons de couleur Caran d'Ache, sa mobylette, les photos de son enfance, les petits cyclistes en métal...


Teaser "La ch'tite famille"



4. La scène finale
Le clin d'oeil appuyé à Johnny Hallyday (à qui le film est dédié) plaira sans doute aux fans. "Que j'te ker..." Sachant que cette scène finale a été tournée en août dernier à Oudezeele, bien avant le décès du chanteur. 



5. Le bêtisier
Restez jusqu'au bout ! Le générique est agrémenté d'un bêtisier assez drôle. On sent que les comédiens ont pris du plaisir à tourner ce film. 


"La ch'tite famille" de Dany Boon : ce qu'on n'a pas aimé


1. L'accent ch'ti de certains comédiens
Line Renaud (Nieppe), Valérie Bonneton (Somain) et Pierre Richard (Valenciennes) ont beau être nés dans le Nord, leur accent n'est pas (ou plus) naturel. Et on a plus l'impression d'entendre une imitation du ch'ti que le ch'ti lui-même. Comme c'est le sujet du film, c'est un peu gênant...

Valérie Bonneton, Guy Lecluyse, Line Renaud, Dany Boon et Pierre Richard / © David Koskas
Valérie Bonneton, Guy Lecluyse, Line Renaud, Dany Boon et Pierre Richard / © David Koskas


2. Les caricatures ch'ti
Gustave (Guy Lecluyse) a une voiture tunée avec un autocollant ch'ti à l'arrière. Pierre Richard est mi-fou, mi-dingue et arrose sa salade d'essence. La nièce de Valentin s'appelle Britney. Dany Boon n'évite aucun cliché "ch'ti" et a tendance à confondre beauf et nordiste. Bien sûr, c'est pour rire et les Parisiens en prennent aussi pour leur grade mais "La ch'tite famille" arrive 10 ans après "Bienvenue chez les ch'tis". Les mêmes ressorts ne produisent pas forcément les mêmes effets. Et les scènes un peu trop "pédagogiques" sur les mots ou les expressions ch'tis (avec le professeur Jeanfi Jeanssens) font beaucoup moins mouche...


3. Le début du film
Les gags sont lourds, les comédiens maladroits.. Le début du film nous a semblé raté. Heureusement, il se bonifie au fil des minutes...


4. Pierre Richard 
L'annonce de la participation au film de Pierre Richard, 83 ans, au film, était une bonne nouvelle. Mais le comédien n'a finalement hérité que d'un rôle mineur et caricatural, de père bourru, pas malin du tout... Avec en plus des scènes de comique visuel pas très réussies. Dommage... Même si la dernière scène améliore un peu la note finale...


5. Oudezeele, pas assez présent
Petite déception pour les amoureux des Flandres et des beaux paysages nordistes. A part une vue aérienne au début du film, on ne voit pas grand'chose d'Oudezeele, lieu de tournage investi l'été dernier par l'équipe de Dany Boon. "La ch'tite famille" se passe surtout à Paris et en studio.
D'Oudezeele, on ne voit qu'un casse reconstituée et un mobil-home...

Une scène tournée de nuit autour d'une baraque à frites des Moëres a même été coupée au montage. 

Dany Boon aux Moëres pendant le tournage de "la Ch'tite famille" l'été dernier. / © MAXPPP
Dany Boon aux Moëres pendant le tournage de "la Ch'tite famille" l'été dernier. / © MAXPPP



 

Dany Boon et sa ch'tite famille en tournée dans la région

10 ans après "Bienvenue chez les ch'tis", Dany Boon utilise les mêmes recettes marketing pour la promo de "La ch'tite famille". Ce week-end, il fait une méga-tournée dans la région pour essayer de lancer le bouche-à-oreille. 18 avant-premières en 3 jours !

Vendredi 5 janvier : UGC Ciné Cité Villeneuve-d’Ascq (18h) ; Kinepolis Lomme (20h45) ; UGC Ciné Cité Lille (20h45, rencontre après projection).

Samedi 6 janvier : Sonhir Hirson (11h) ; Ociné Maubeuge (14h) ; Gaumont Valenciennes (15h) ; Cin’Amand Saint-Amand (16h) ; Cinémovida Arras (17h) ; Majestic Douai (18h) ; Cinéville Hénin-Beaumont (18h45) ; Pathé Liévin (20h30, rencontre après le film).

Dimanche 7 janvier : Méga CGR Bruay-La Buissière (10h30) ; Ociné Saint-Omer (13h15) ; Ociné Dunkerque (14h45) ; Pathé Coquelles (16h) ; Régency Saint-Pol-sur-Ternoise (17h30) ; Cinos Berck-sur-Mer (18h30) ; Pax Quend (19h30).

Le film sera sur les écrans quasiment à la même date que les "ch'tis" (29 février), avec une sortie régionale, une semaine avant (23 février).  Aura-t-il le même succès incroyable (20 489 303 entrées) ? Verdict dans quelques semaines.

Il faut rappeler que le précédent film de Dany Boon, "Raid dingue" a été une nouvelle fois le film français le plus vu de l'année en 2017 :  4,6 millions d'entrées.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Marcq-en-Baroeul : une minute de silence en hommage au gendarme Arnaud Beltrame

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés