À Laigneville, la police municipale verbalise le cortège d'un mariage : 100 points retirés et 10 000 euros d'amendes

Dimanche 19 septembre, le cortège d'un mariage a multiplié les comportements dangereux dans la rue principale de Laigneville. Pour éviter un accident, le maire de cette commune de l'Oise a utilisé la vidéosurveillance pour constater et verbaliser 71 infractions au code de la route.

"Je ne l'ai pas fait pour le plaisir ou pour faire parler de moi : le cortège a débarqué dans la ville alors qu'il y avait une brocante au même moment", explique Christophe Dietrich, le maire de Laigneville.  

Dimanche 19 septembre, vers 13h, un cortège de mariage célébré la veille "débarque" dans le centre-ville de cette petite commune de l'Oise. Concerts de klaxons, passagers assis sur les montants des fenêtres ouvertes, conduite dangereuse, accélérations dans la rue principale, à quelques mètres d'une rue perpendiculaire où se tient un vide-grenier. "Il y avait une quarantaine de voitures. Elles sont arrivées quasiment en plein milieu de la brocante et des centaines de piétons qui allaient et venaient, raconte Christophe Dietrich. On avait déjà eu des cortèges à Laigneville mais jamais à ce point."

71 infractions constatées

Le cortège venait du bassin creillois : "ils étaient venus chercher quelqu'un à Laigneville, précise l'élu. Ils ont remonté et redescendu la rue principale plusieurs fois. Ils ont fait leur fantasia deux fois 10 minutes, je dirais. Le cortège est resté une demi-heure à peu près dans la commune. J'ai essayé de m'interposer et de faire comprendre aux conducteurs du cortège que c'était dangereux, mais j'ai vite compris que ça allait dégénérer."

Connu pour avoir été le premier maire de France à pratiquer le "retour à l'envoyeur" des déchets sauvages et pour son combat contre la désertification médicale de sa commune, Christophe Dietrich n'est pas du genre à laisser passer les incivilités. Il décide donc de se rendre en mairie avec les deux policiers municipaux mobilisés sur la brocante et "de vidéo-verbaliser : on a suivi en direct toutes les infractions. On en a compté 71. Mais 71 infractions, vous pensez bien qu'on ne peut pas les verbaliser en temps réel. Donc on a fait de la relecture et on a vidéo-verbalisé. C'est tout à fait légal."

Les 71 infractions constatées par les policiers municipaux ont entraîné le retrait de 100 points aux différents conducteurs et des dizaines d'amendes pour un montant total de 9 585 euros. Un bilan chiffré que Christophe Laigneville a posté sur sa page Facebook d'élu

Faire savoir

Une publication qui a généré des commentaires injustes selon Christophe Dietrich : "les gens ont écrit que je stigmatise une certaine franche de la population parce que j'ai flouté les visages, les plaques d'immatriculation et les drapeaux qu'ils ont brandi. J'aurais fait exactement la même chose si ça avait été un cortège de Bretons ou d'Indonésiens. Qu'aurait-on dit si un enfant était mort ? On aurait dit mais que fait le maire ? On est constamment sur le fil du rasoir." 

Si Christophe Dietrich a posté cette information sur les réseaux sociaux, c'est parce que "c'est important de faire savoir que la vidéo-verbalisation existe. Que ça permet en plus aux maires et à la police municipale de ne pas s'exposer physiquement. Et surtout, ça dit qu'on a des moyens pour faire cesser ce type de comportement."

À Laigneville,  la vidéosurveillance es  installée depuis 4 ans et la video-verbalisation, depuis 2 ans. Et Christophe Dietrich de conclure : "en plus, ils ne pouvaient pas dire qu'ils ne savaient pas qu'il y a de la vidéo-verbalisation à Laigneville : il y a des panneaux à l'entrée de la ville qui l'indique."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité routière société sécurité