Coronavirus : 19 agents de l'hôtel de police de Beauvais testés positifs

Sur les 230 agents qui travaillent au commissariat de Beauvais dans l'Oise, 19 sont porteurs du virus, dont certains ont des symptômes, ce 7 octobre. trente autres salariés attendent leur résultat.

(Illustration)
(Illustration) © FREDERIK GILTAY - FRANCE 3 NPDC
L'hôtel de police de Beauvais est touché par plusieurs cas positifs au Covid-19. Sur les 230 agents qui travaillent au commissariat, 19 sont touchés et "pratiquement tous ont développé des symptômes, parfois graves, mais il n'y a pas eu d'hospitalisation et 2 sont asymptomatiques" confirme le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Olivier Dimpre, ce 7 octobre.
 

"Il fallait s'y attendre"

L'information n'a pas surpris le directeur. "On s'y attendait. Depuis le mois de février, on avait mis en place tous les gestes barrières afin d'éviter la propagation du virus. Après, avec les policiers qui sont exposés dans le cadre familial ou le cadre de travail et vu la propagation du virus, il fallait s'y attendre. On avait déjà eu des cas de personnes qui ont été contaminées en privé".

"Quand on a vu que ça commençait à se multiplier, on a mis en place le dispositif recommandé par l'Agence régionale de la Santé, ajoute le directeur. On a fait une campagne massive de tests entre vendredi et lundiLes trois-quarts des agents ont été testés. Les résultats de 30 tests de plus devraient tomber dans la journée".
 

"On peut s'attendre à ce qu'il y en ait plus"

Des cas contacts des personnes testées positives sont également en train de se faire dépister, y compris celles de la sphère familiale. "On peut s'attendre à ce qu'il y en ait plus, poursuit Olivier Dimpre. Mais ce n'est pas la quantité qui est importante, ce sont les unités dans lesquelles, ils ont été détectés, c'est-à-dire dans les brigades de nuit et dans les brigades qui se chevauchent."

"Nos unités fonctionnent en horaires binaires donc certaines ne se rencontrent jamais. En revanche, la plupart passent par les mêmes locaux,
nuance-t-il. Il faut savoir aussi que les véhicules sont collectifs, les postes de travail sont collectifs donc dès qu'il y a un virus qui se propage, ça peut aller vite, même si des désinfections sont pratiquées régulièrement". 

En ce qui concerne la bonne marche du service public, Olivier Dimpre se veut rassurant : "Tout est mis en place pour assurer la continuité du service. Les facultés opérationnelles ne sont pas impactées pour le moment et s'il devait y avoir plus de malades, un plan d'activités prévu sera activé avec les autres commissariats" rassure Olivier Dimpre.







 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité coronavirus/covid-19 santé