VIDEO. Propos jugés homophobes de Caroline Cayeux : les Beauvaisiens réagissent à la polémique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Madison Mouquet avec Sophie Picard
Réaction des Beauvaisiens aux propos de Caroline Cayeux ©FTV

La polémique enfle au sujet de Caroline Cayeux, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales, après ses propos jugés homophobes par plusieurs associations et par une partie de la classe politique, notamment à Beauvais dont elle est encore maire.

Calme apparent dimanche 17 juillet à Beauvais où les propos de Caroline Cayeux ont choqué.

Les Beauvaisiens se seraient bien passés d'une telle renommée quelques jours après la nomination de leur maire Caroline Cayeux comme ministre. "Les propos qu'elle a tenus ne sont pas tolérables à notre époque" ; "Cette génération-là [celle Caroline Cayeux NDLR], je pense que pour eux c'est encore difficile d'accepter les différentes orientations sexuelles des gens", réagissent deux habitants.

Colère des élus de gauche : comment accepter de tels propos tenus par la ministre la veille de la fête nationale ? Tout un symbole. "Nous avons immédiatement demandé à Caroline Cayeux, non seulement de s'excuser totalement de ses propos et, au-delà, nous avons souhaité que la ville de Beauvais s'engage beaucoup plus résolument dans toutes les actions et initiatives contre l'homophobie qui est un fléau qui provoque des morts chaque année", rapporte Thierry Aury, conseiller municipal PC.

Des élus de la majorité présidentielle dénoncent également ces propos : "Je vais vous dire quand même que j'ai beaucoup d'amis parmi tous ces gens-là", avait-elle dit dans l'émission Bonjour chez vous le 12 juillet dernier sur Public Sénat. 

"Demander sa démission est totalement disproportionné"

Dimanche 17 juillet, 129 personnalités de premier plan signent une tribune dans le JDD pour le principe d'égalité. Les réseaux sociaux, les personnes LGBTQIA+ s'emballent, des associations portent plainte pour injures publiques.

"C'est quand même une personne qui représente la Nation, qui est une élue aussi importante, elle n'aurait pas dû avoir ces termes pour définir les personnes, pour les dénigrer", témoigne Betty Vienne, co-présidente de l'association Flash our true colors.

Certains en appellent à sa démission, d'autres continuent de la soutenir comme son premier adjoint à la mairie de Beauvais, Franck Pia : "Je trouve que demander sa démission est totalement disproportionné dans le sens où elle a reconnu elle-même qu'elle avait commis une erreur de communication et elle s'en est excusée à plusieurs reprises."

Les jours à venir nous diront si sa présence au gouvernement est maintenue. À Beauvais, le prochain conseil municipal promet d'être animé.