• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Quand les parents filmaient leurs enfants en Super 8

Le filmeur et Françoise Dolto / © DR
Le filmeur et Françoise Dolto / © DR

Une caméra, des parents et des enfants. Le cocktail idéal pour des images drôles et colorées, des rires et des cascades intrépides... Mais, au fait, que disait Françoise Dolto il y a 40 ans ? 

Par Corine Zongo-Wable

Voici Bruno, au lycée Félix Faure de Beauvais, adolescent plein de promesses, mais cela ne s’est pas fait tout seul... Françoise Dolto a bien aidé ses parents, enfin on ne sait pas vraiment s’ils ont tout compris… Et là, c’est son père qui a tout filmé. 
 

Le filmeur et Françoise Dolto (La séquence du filmeur, 6/40)

Quand les parents filmaient leurs enfants en super 8 durant les sixties
Une caméra, des parents et des enfants. Le cocktail idéal pour des images drôles et colorées, des rires et des cascades intrépides. - REAL PRODUCTIONS, ARCHIPOP et PICTANOVO - Corine Zongo-Wable

Ecrit et réalisé par Corine Zongo-Wable 


Citons Françoise Dolto :

En naissant, un enfant transforme deux adultes en parents. On peut dire ainsi que c'est l'enfant qui fait les parents.

Entièrement d’accord, avant lui ils n’étaient rien, il leur a tout appris oralement.

Et Françoise ajoute : "Le nouveau-né aspire d’abord à communiquer et ses désirs, indépendants de ceux d’un adulte, sont aussi respectables".

Ça se discute… on voit bien que sa mère a fait de son mieux, mais a-t-elle tenu compte de son désir d’être lavé, et pas frotté ? En plus, son frère qui regarde, c’est un peu pénible quand on y pense…
 

Il faut une très grande maturité pour être capable d'être parents, car cela implique d'être conscient que ce n'est pas une situation de pouvoir, mais une situation de devoir.

Les parents de Bruno étaient-ils capables d’être ses parents ? Quand on voit certaines images, on a des doutes… A un moment donné, ils multipliaient les tests de motricité, mais dans quel but ? On cherche encore…

Françoise insiste : "La névrose n'est pas une maladie mais une souffrance, qui peut se transmettre de génération en génération tant qu'on n'a pas compris de quoi il s'agissait. Un petit événement caché, dans la vie de quelqu'un peut aussi gâcher la vie de ses descendants. "
 
© DR
© DR

C’est vrai, Bruno a mal vécu la naissance de sa sœur, on peut même parler de syndrome post traumatique, mais bon, il paraît que c’est normal, il avait simplement envie de la tuer.

Un adolescent, disait Françoise Dolto, c'est un homard pendant la mue !

Un homard ?

 

La séquence du filmeur

L'épopée des trente glorieuses, au travers de films amateurs, racontée par François Morel.

Une série d’histoires originales, drôles, décalées et poétiques, fondées sur des films d’archives familiales inédits, sauvegardés par l'association Archipop (Beauvais). 
Ecrit et réalisé par Olivier Sarrazin et Corine Zongo-Wable
Avec la voix de François Morel

François Morel vous raconte l’histoire de filmeurs amateurs des années 1930 à 1970 qui ont capté les moments forts de leur vie familiale, leurs loisirs ou leur métier, et qui sont aussi des bouts de l’histoire collective de la région.

Une coproduction REAL PRODUCTIONS, ARCHIPOP et PICTANOVO
Avec la participation de FRANCE TELEVISIONS et TV5MONDE
Avec le soutien de la région Hauts-de-France et du CNC

▶ A partir du vendredi 16 novembre 2018, tous les jours sur le site http://hdf.france3.fr, sur Facebook et Youtube
▶ A partir du dimanche 18 novembre 2018, tous les dimanches à la fin du JT 19/20 à 19h25 sur France 3 Hauts-de-France

Si vous aussi êtes en possession de films amateurs, films de famille, films d'entreprise, vous pouvez contacter l'association Archipop au 03 44 22 50 55  ou via contact@archipop.org 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Quand un filmeur amateur filmait ses conquêtes comme des starlettes

Les + Lus