Vidéo : Une partie de chasse d'après-guerre filmée en super 8

Publié le Mis à jour le
Écrit par Corine Zongo-Wable

Découvrez des images d'archives familiales où se mêlent tradition, nostalgie et poésie, pour plonger dans une partie de chasse typique des trente glorieuses à la campagne. 

Par définition, un "filmeur-chasseur", sait capter l’esprit de la chasse ! 



Voici des images amateur, tournées après-guerre, qui racontent toute une époque, celle des parties de chasse en famille, le dimanche, qui rassemblaient toute une communauté locale, mêlant enfants et anciens autour de valeurs qui transcendent les classes sociales. 

Le filmeur à la chasse (La séquence du filmeur, 3/40)



Près des étangs de la Barette, dans la Somme, circulent des légendes. On raconte qu’il y a fort longtemps, un chasseur a tiré sur un canard. Tout le plomb s’est concentré au milieu de l’animal. Le canard a été coupé en deux, chaque aile est partie voler de son côté, et c’est ce qui expliquerait la multiplication des canards dans la Somme.



Le filmeur possède une caméra Kodak super 8, et met en scène sa famille. Filmeur-chasseur, il sait capter l’esprit de la chasse. Ses images offrent une proximité forte et poétique avec cette tradition locale.



Pour Marie, accompagner les hommes de la famille est un privilège. Les femmes se tiennent en général à l’écart des parties de chasse, tout comme sa mère, ici avec son tablier, qui préfère attendre le gibier et le préparer.

 

On chasse en groupe, c’est un plaisir, un partage de valeurs qui réunit les différentes classes sociales autour du casse-croûte.

 


Dans ce café de Hamlet, le filmeur dévoile cette ambiance si particulière où les chasseurs racontent leurs histoires de chasse miraculeuse. C’est ici que la passion se transmet, on ment beaucoup, on boit… un peu, et les enfants écoutent, se moquant des anciens. Cette histoire, ils l’ont déjà entendue dix fois !



Il rêve d’une belle mordorée, une dame au long bec, un oiseau aux yeux de velours, presque le dernier gibier sauvage.



Le filmeur-chasseur se fait poète à l’occasion !

  

"La séquence du filmeur", c'est les trente glorieuses, vues au travers de films amateurs, et racontées par François Morel.

La séquence du filmeur
Une série d’histoires originales, drôles, décalées et poétiques, fondées sur des films d’archives familiales inédits, sauvegardés par l'association Archipop (Beauvais). 

Ecrit et réalisé par Olivier Sarrazin et Corine Zongo-Wable

Avec la voix de François Morel



François Morel vous raconte l’histoire de filmeurs amateurs des années 1930 à 1970 qui ont capté les moments forts de leur vie familiale, leurs loisirs ou leur métier, et qui sont aussi des bouts de l’histoire collective de la région.



Une coproduction REAL PRODUCTIONS, ARCHIPOP et PICTANOVO

Avec la participation de FRANCE TELEVISIONS et TV5MONDE

Avec le soutien de la région Hauts-de-France et du CNC



Si vous aussi êtes en possession de films amateurs, films de famille, films d'entreprise, vous pouvez contacter l'association Archipop au 03 44 22 50 55  ou via contact@archipop.org 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité