“Le Christ moqué” découvert à Compiègne devient le tableau primitif le plus cher vendu au monde

Le marteau est tombé à 19,5 millions d'euros. Le "Christ moqué" est un chef d'oeuvre très rare du peintre primitif italien Cimabue (1272-1302) / © Mathieu Maillet/FTV
Le marteau est tombé à 19,5 millions d'euros. Le "Christ moqué" est un chef d'oeuvre très rare du peintre primitif italien Cimabue (1272-1302) / © Mathieu Maillet/FTV

C'est une vente aux enchères historique à Senlis. Le Cimabue retrouvé par hasard à Compiégne et estimé entre 4 et 6 millions d'euros est parti ce dimanche en moins de 10 minutes pour 19,5 millions d'euros. C'est le tableau primitif le plus cher vendu aux enchères.

Par Camille Di Crescenzo

Expertisé comme faisant partie de l'oeuvre de Cimabue, un grand maître de la peinture italienne du XIIIe siècle, "Le Christ moqué" a été découvert en septembre, dans une maison à Compiègne dans l'Oise.

L'oeuvre était accrochée entre la cuisine et le salon chez une nonagénaire partie en maison de retraite.  
Philomène Wolf est commissaire-priseur, c'est elle qui était chargée de débarrasser l'habitation. "Dans cette centaine d’objets, il y avait ce petit tableau donc un pressentiment peut-être d’une chose extraordinaire et rare à ce moment-là. On se dit non ça ne doit pas aller en déchetterie".

De petite taille (25,8 cm sur 20,3 cm), le tableau n'est qu'un fragment d'une oeuvre découpée au XIXe siècle. Deux autres pièces sont connues, l'une est à New-York, l'autre à Londres.

Les Compiégnois ont pu venir l'admirer à l'Hôtel de ville de Compiègne où il a été exposé avant de partir pour l'hôtel des ventes de Senlis.

Selon Dominique Coënt, commissaire-priseur, l'estimation entre 4 et 6 millions d'euros limitait le nombre d'acquéreurs. "Les acheteurs pour ce type d’objets sont peu nombreux, peut-être une dizaine ou une quinzaine. Des gens qui viennent des Etats-Unis, de partout dans le monde et après il y a toutes les personnes qui entendent cette histoire formidable et il y en a qui pensent avoir des Cimabue chez eux, donc ils nous les apportent gentiment, j’ai même presque envie de dire religieusement parce qu’ils ont la même taille que le tableau mais hélas ils ne sont pas du XIIIe siècle".

La vente a eu lieu ce dimanche à Senlis dans une salle comble.

Le marteau de Dominique Coënt est tombé à 19,5 millions d'euros, soit 24 180 000 euros frais compris.

"Ce tableau devient le tableau primitif (pré-1500) le plus cher au monde (...) et aussi le 8e tableau ancien le plus cher au monde derrière le Salvator Mundi de Léonard de Vinci (2017), Le massacre des Innocents de Rubens (2002), Loth et ses filles de Rubens (2016), le portrait de Cosme de Médicis de Pontormo (1989), le Portrait de Femme de Rembrandt (2000), le portrait de Laurent de Medicis de Raphaël (2007) et le grand Canal de Canaletto (2005)", a précisé dans un communiqué Actéon.

Le tableau aurait été acquis par un acheteur présent dans la salle, travaillant pour la collection Alana, l'une des plus prestigieuses institutions privée d'art de la renaissance italienne, basée aux USA.
 

Sur le même sujet

Les + Lus