Etat d'urgence sanitaire : deux nouvelles mesures spécifiques dans l’Oise à partir de samedi

Publié le Mis à jour le

La préfecture de l'Oise a décidé de limiter à 1000 personnes (au lieu de 5000) la jauge maximale applicable aux rassemblements dans tous établissements recevant du public. De plus, les bars fermeront à 22 heures au plus tard, de même que l’activité de bar dans les restaurants.

Selon la préfecture de l'Oise, dans le département "le nombre de cas pour 100 000 personnes (taux d’incidence) atteint 184, contre 79 le 28 septembre ; le taux d’occupation en réanimation covid avoisine 35,4 % (contre 14 % le 27 septembre) et le taux d’occupation total en réanimation est de 87,5 %. Depuis le début de la crise sanitaire, 445 personnes sont décédées du covid en établissement hospitalier, et 183 en EHPAD".

C'est pourquoi deux nouvelles mesures spécifiques seront applicables à partir de samedi 17 octobre :
  • la jauge maximale applicable aux rassemblements dans tous établissements recevant du public confondus sera abaissée de 5 000 à 1 000 personnes ;
  • les bars fermeront à 22 heures au plus tard, de même que l’activité de bar dans les restaurants.

L’objectif, selon la préfecture, est de "limiter les rassemblements nombreux et conviviaux susceptibles de conduire au nonrespect des mesures barrières".

Ces mesures spécifiques s'ajoutent à celles qui s'appliqueront à partir de samedi minuit dans la France entière, placée depuis mercredi en état d’urgence sanitaire :
  • les rassemblements sur la voie publique seront interdits au-delà de 6 personnes, sauf les manifestations revendicatives, les rassemblements à caractère professionnel, les services de transports de voyageurs, les visites guidées organisées par des personnes titulaires d’une carte professionnelle, les cérémonies funéraires, les marchés ;
  • toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes, qui se tiennent dans des salles des fêtes, des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites.

L'état d’urgence sanitaire vaut pour une durée minimale de quatre semaines, qui pourra se prolonger au-delà si le parlement le valide.