Covid-19 : face au retard de vaccination dans l'Oise, les sapeurs-pompiers se déplacent dans tout le département

Le taux de vaccination dans l'Oise est le plus faible de la région. Pour rattraper ce retard, l'unité médicale mobile des sapeurs-pompiers de l'Oise se déplace dans les communes et quartiers où la population est peu vaccinée.
Vaccination (illustration)
Vaccination (illustration) © FTV

La région Hauts-de-France approche les 6,5 millions d'injections de vacccins contre le covid-19. Cela signifie que 60% de la population a reçu au moins une dose. Un chiffre satisfaisant et qui suit la tendance nationale, mais qui cache de grandes inégalités entre les territoires. À titre d'exemple, la part de population vaccinée est deux fois plus élevée au Touquet qu'à Creil. 

La population de l'Oise moins vaccinée 

Dans l'Oise justement, la préfecture s'inquiète de voir la campagne de vaccination prendre du retard, notamment dans les zones rurales et certains quartiers prioritaires. Une situation que la préfecture explique par plusieurs facteurs, comme les difficultés à se déplacer, l'absence de moyen de transports, ou la défiance à l'égard du vaccin. C'est le département des Hauts-de-France qui a le plus bas taux de vaccination. En parallèle, le taux d'incidence progresse, notamment avec le variant Delta. "La situation épidémique de l'Oise se dégrade, a indiqué la préfecture dans un communiqué. Le taux d'incidence a progressé, passant de 41,1 pour 100 000 habitants à 79,3 pour 100 000 habitants en une semaine. Le variant Delta représente 89% des tests criblés." Les services de l'État insistent donc sur l'importance de la vaccination, pour limiter les formes graves de la maladie.

Les sapeurs-pompiers se déplacent dans tout le département

Un bus de vaccination a pourtant été déployé dés le mois de mars pour aller au plus près des populations, et ce jusqu'au 23 juillet. Pour le mois d'août, c'est le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) qui sillonne le département avec son unité médicale mobile. 

Convaincre les plus jeunes

La préfecture cible particulièrement les jeunes, qui ont accès à la vaccination depuis peu. Les mineurs et les 18-24 ans de l'Oise sont beaucoup moins nombreux à avoir entamé leur schéma vaccinal que dans le reste de la région. 

À noter qu'il est toujours possible de se faire vacciner par les voies habituelles : médecins, pharmaciens, sages-femmes, et dans les 22 centres de vaccination fixes qui restent ouverts au mois d'août. 

Ceux de Chamont-en-Vexin et de Méru ferment en revanche leurs portes tout le mois. Certains autres ferment partiellement : Beauvais Ambroise du 22 au 29 août, Chantilly jusqu'au 14 août, Moyon du 16 au 27 août, Saint-Aubin-En-Bray jusqu'au 21 août et celui du Sdis reprendra à son emplacement habituel à partir du 24 août, à la fin de la tournée de l'unité médicale mobile. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19