Agressions sexuelles sur Shaïna Hansye : des peines alourdies en appel, jusqu'à deux ans de prison avec sursis

Le tribunal pour enfants d'Amiens a rendu son jugement : les trois hommes qui ont agressé sexuellement Shaïna Hansye en réunion à Creil en 2017, alors qu'elle avait 13 ans, sont condamnés en appel à des peines plus lourdes qu'en première instance. Le quatrième prévenu, relaxé lors du premier procès, a également été condamné en appel.

À l'issue du procès en appel des agresseurs de Shaïna, début avril 2023, le jugement avait été mis en délibéré. Six semaines plus tard, le tribunal a rendu sa décision : les quatre prévenus sont reconnus coupables. Ils ont été condamnés à des peines de prison avec sursis. Le parquet avait requis des peines de prison ferme. 

Des faits remontant à 2017

Trois des prévenus comparaissaient pour une agression sexuelle commise en réunion le 31 août 2017. C'est un véritable guet-apens qu'ils avaient tendu à la jeune adolescente, qui avait alors 13 ans. 

Ce jour-là, Djibril, son petit ami de l'époque alors âgé de 14 ans, lui demande de la rejoindre dans une clinique désaffectée, la menaçant de diffuser une photo d'elle dénudée si elle ne s'exécute pas. Les trois hommes l'attendent sur place. Ils l'agressent sexuellement et filment la scène - une vidéo retrouvée par les enquêteurs. Les images, diffusées sur Snapchat, seront par la suite à l'origine d'une réputation de "fille facile" dont Shaïna souffrira longtemps, d'après sa famille. 

Des peines plus lourdes qu'en première instance

Djibril écope de deux ans de prison avec un sursis probatoire de 3 ans, une peine plus lourde qu'en première instance, où il avait été condamné à un an de prison avec sursis. Il sera également inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles, fait rare pour un mineur.

Les deux hommes avec qui il a commis les violences et l'agression sexuelle en réunion, mineurs à l'époque, ont eux aussi vu leur peine s'alourdir en appel : un an de prison avec sursis probatoire pendant trois ans, contre huit mois en première instance. 

Le quatrième prévenu, jugé pour une agression sexuelle qui commise une semaine avant, est quant à lui condamné à six mois de prison avec sursis simple, alors qu'il avait été relaxé en première instance. 

La famille soulagée et satisfaite

"La cour a reconnu la parole de Shaïna, et surtout, a reconnu la violence qu'elle avait subie, estime maître Negar Haeri, l'avocate de la famille de la jeune fille. Pendant l'audience, ils avaient essayé, comme en première instance, de minimiser ce qui s'étaient passé et surtout de retourner le problème sur Shaïna, en prétendant qu'elle avait été une menteuse et qu'elle avait fabriqué ses dépositions du début jusqu'à la fin."

À la sortie du tribunal, les parents de Shaïna se sont dits "très satisfaits" de la décision et des peines prononcées. "On est très soulagés, le tribunal a vu que Shaïna était bien une victime, c'était ça qui était important pour nous", a déclaré Shakill Hansye, le père de l'adolescente.

Le procès pour meurtre débute le 5 juin

C'est ainsi que se clôt le premier volet judiciaire de l'affaire Shaïna. Un second se poursuit, celui de son meurtre. Deux ans après l'agression sexuelle en réunion, l'adolescente, enceinte de son nouveau petit ami, a été poignardée à mort et brûlée dans un cabanon des jardins familiaux de Creil.

Le procès se tiendra du 5 au 9 juin 2023 devant la cour des assises des mineurs de l'Oise, à Beauvais. "On va faire face, on est prêts", a assuré Parveen hansye, la mère de Shaïna.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité