Dans l'Oise, un opéra coopératif réunit professionnels, amateurs et jeunes apprentis: "on n'a pas un costumier, mais 50"

En mars 2022, le Labopéra de l'Oise présentera son premier opéra coopératif. Un projet qui rassemble professionnels, amateurs et jeunes issus de formations techniques et professionnelles avec comme objectif de permettre une plus grande accessibilité à cet art.
La chanteuse Fé Avouglan accompagnée par la pianiste Juliette Sabbah lors de la soirée de présentation de l'opéra l'Elixir d'amour du Labopéra de l'Oise en juin 2021.
La chanteuse Fé Avouglan accompagnée par la pianiste Juliette Sabbah lors de la soirée de présentation de l'opéra l'Elixir d'amour du Labopéra de l'Oise en juin 2021. © Renaud Boutin

L'Elixir d'amour de Gaetano Donizetti, qui sera présenté en mars 2022 à Beauvais et à Margny-Les-Compiègne, n'a rien d'un opéra comme les autres. Monté par le Labopéra de l'Oise, celui-ci se veut coopératif. 

Parmi les techniciens, musiciens et choristes, l'on trouve des professionnels, mais aussi des amateurs et des jeunes issus de formations techniques et professionnelles. "Au lieu d'imaginer en amont les costumes, les décors par exemple et de les commander, notre démarche, c'est d'aller voir les lycéens et de leur proposer de participer, explique Renaud Boutin, le metteur en scène. On est donc allé voir la filière menuiserie pour les décors, la mode, pour les costumes par exemple et ce sont les jeunes qui réfléchissent à la manière dont ils peuvent s'insérer dans le projet." L'association conçoit ainsi avec eux un parcours pédagogique autour de l'œuvre, aidée par des artistes et des musiciens qui interviennent dans les établissements scolaires.

"Ce partage avec ces jeunes, ça vaut tous les efforts"

Le metteur en scène l'avoue, lorsque l'on monte un opéra, cette organisation peut être parfois compliquée à gérer. "Cela demande un peu plus de temps, de pédagogie c'est sûr, il faut être prêt à s'adapter. Il y a beaucoup de monde à prendre en compte. On n'a pas un costumier, mais 50". Pourtant, au final, la satisfaction est grande. "Le grand avantage, c'est que c'est une aventure humaine formidable. Surtout lorsque l'on est face à des lycéens un peu sceptiques qui pensent que l'opéra c'est un truc de vieux, sourit-il. C'est vraiment super de voir qu'au bout du compte, on arrive à les motiver. On fait ce métier pour avoir ces émotions et ce partage avec ces jeunes, ça vaut tous les efforts."

Cette initiative permet ainsi d'offrir une première expérience professionnelle à 250 lycéens et apprentis du département qui se lancent dans les métiers d'artisanat, de la gestion, de la communication et des arts du spectacle. En parallèle, des actions sont également menées auprès des collégiens et élèves des écoles élémentaires qui pourront assister aux répétitions générales de l'opéra en mars prochain. 

En prime d'être un projet collaboratif, l'objet est de permettre une plus grande accessibilité à cet art, parfois jugé excluant ou élitiste. "Si j'ai choisi l'Elixir d'amour, c'est parce que c'est aussi une œuvre grand public. En général, 50% des spectateurs sont des personnes qui n'ont jamais assisté à un opéra. Et celui-ci pour moi est idéal parce que ce sont juste des émotions, des choses un peu légères et poétiques."

L'expérience n'est pas inédite en France. Sous l'impulsion de La Fabrique Opéra, une association d'opéras coopératifs, huit Labopéra ont été créé en France : à Grenoble tout d'abord, puis dans les Hauts-de-Seine, dans le Haut-Rhin, en Seine-et-Marne, en Dordogne, à Orléans, et à Strasbourg. 

Les auditions ouvertes au public

Les 16 et 17 septembre à Chantilly, le Labopéra propose au public de venir assister aux auditions des solistes professionnels qui assureront les premiers rôles, entourés d'une centaine de choristes enfants et adultes amateurs. Des lycéens de Beauvais pourront également y assister en visio. "C'est l'occasion pour eux de voir l'envers du décor. Une audition, c'est comme un entretien d'embauche, on voit très vite si ça va le faire ou pas. C'est très formateur pour les jeunes et ça nous permet de les impliquer davantage", indique Renaud Boutin. 

Pour cet opéra, l'association ne recherche pas "que des belles voix", mais des artistes qui sont sensibles à la philosophie du projet. "On cherche des gens qui souhaitent partager leur passion. Il n'y a d'ailleurs aucune pré-sélection, quel que soit leur CV, ils peuvent se présenter. Cela peut-être aussi un formidable tremplin pour ces chanteurs", poursuit le metteur en scène. 

Les auditions à Chantilly auront lieu au Ménestrel (conservatoire de l'aire cantalienne) 2 avenue du Général de Gaulle de 10h30 à 12h et de 14h à 16h. Il est possible de s'inscrire via l'adresse mail contact@laboperaoise.com.

Les représentations de l'Elixir d'amour auront lieu les 5 et 6 mars 2022 à l'Elispace de Beauvais et les 12 et 13 au Tigre à Margny-Les-Compiègne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
opéra culture musique