Le département de l'Oise dévoile son plan de relance pour faire face à la crise sanitaire

Premier département français touché par l'épidémie de coronavirus, l'Oise subit de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire. Avec une enveloppe de 51,6 millions euros, le département veut relancer l'économie et le pouvoir d'achat des Isariens. 

La présidente du Conseil départemental de l'Oise, Nadège Lefebvre, présente le plan de relance du département lundi 29 juin 2020
La présidente du Conseil départemental de l'Oise, Nadège Lefebvre, présente le plan de relance du département lundi 29 juin 2020 © Conseil départemental de l'Oise

En février dernier, l'Oise fut le premier département touché par l'épidémie de Covid-19 avec un premier cluster identifié à Crépy-en-Valois. À ce jour, il est aussi celui qui déplore le plus de victimes. 

Comme beaucoup d'autres départements, l'Oise doit désormais faire face à la crise économique engendrée par l'épidémie. À ce titre, la présidente du Conseil départemental, Nadège Lefebvre, a dévoilé ce lundi 29 juin, un plan de relance pour l'économie et le pouvoir d'achat des Isariens. Le département va y consacrer une enveloppe de 51,6 millions d'euros.

Investir pour relancer l'économie 

Pour une relance forte et rapide, le département veut investir. En moyenne, le montant des investissements du Conseil départemental de l’Oise se situe autour de 140 millions d'euros, voire 160 millions d'euros en 2019. En 2020, il compte bien maintenir ces chiffres. "Nous avions prévu de retrouver un taux d’investissement à la hauteur des années précédentes, soit un engagement supplémentaire de 40 millions d'euros sur deux ans", indique-t-il. 

Trois projets sont identifiés, avec tout d'abord un "bonus relance" pour les communes. Si 50 millions d'euros sont dédiés à l'aide aux communes chaque année, "nous prenons la décision de bonifier l’aide aux communes de 10 points en plus des taux habituels afin de relancer les chantiers en incitant les communes à démarrer de nouveaux projets avant la fin de l’année", précise le Conseil départemental. 
 
Ensuite, il est prévu d'investir dans la rénovation des Ehpad et des établissements médico-sociaux, avec par exemple la reconstruction de la MECS Moulin-Vert du Mesnil-Théribus et l’extension de la MECS de Boran-sur-Oise. Puis bientôt l’extension de l’Ehpad de Bresles, la reconstruction et l’extension de l’Ehpad de Breteuil et celui de Nanteuil-le-Haudouin. Cet été, afin de prévenir la canicule, le Conseil départemental annonce que tous les projets d’installation de climatisation dans les Ehpad seront subventionnés. 

Enfin, le troisième investissement porte sur l'environnement avec comme projet de développer les voies de circulation dites "douces." Le Conseil départemental va donc poursuivre le développement de la Trans’Oise et investir dans la création et l’entretien de voies vertes afin d’encourager la mobilité douce et soutenir le tourisme vert. 

Dans le même temps, le Conseil départemental a décidé de porter une attention particulière aux petites entreprises particulièrement touchées par la crise économique. "En soutien à ces entreprises, nous avons décidé de nous engager pour le Fonds régional d’urgence de la Région Hauts-de-France à hauteur de 1,65 million d'euros pour les petites entreprises de moins de 10 salariés", affirme-t-il. 

Création d'un label "J'aime l'Oise"

Déjà utilisé dans le cadre de sa campagne anti-bashing, la mention "J'aime l'Oise", va devenir un label. Il remplacera le "Made in 60" pour promouvoir les produits et les savoir-faire du département. 

La campagne "J'aime l'Oise" sera quant à elle renforcée. L'objectif est de "relancer le tourisme cet été et profiter de la nouvelle notoriété de notre département pour inviter les habitants de régions limitrophes à visiter l’Oise."
 
Pour l’hôtellerie, à la rentrée, le Conseil départemental et Oise tourisme travailleront également sur une opération visant à relancer le tourisme d’affaires dans l’Oise. 

Des aides pour le pouvoir d'achat 

Afin de relancer le pouvoir d'achat des Isariens, le Conseil départemental promet une nouvelle aide directe pour la garde des enfants de moins de 3 ans. Elle sera proposée à partir de septembre et pourra aller jusqu'à 480 euros par an et par enfant. Elle sera versée trimestriellement à compter de novembre.
 
Toujours dans l'optique de favoriser l'écologie, il met en place également une aide à l'achat d'un vélo électrique d'un montant de 300€ par foyer fiscal à partir du 1er juillet 2020. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société crise économique économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter