Course cycliste des Routes de l’Oise : enquête ouverte pour "tentative d’escroquerie et de violence volontaire aggravée"

Au départ de la dernière étape des Routes de l’Oise, ce lundi 20 mai, à Crèvecoeur-le-Grand, un coureur de l’équipe cycliste AC Bellaingeoise, suspecté par l’organisateur de dopage mécanique avec un vélo truqué, a pris la fuite dans un véhicule. Le chauffeur de ce dernier a renversé le directeur de course qui a ensuite exclu l’équipe nordiste avant de laisser la course reprendre ses droits.

Une dernière étape invraisemblable sur les Routes de l’Oise, course amateur de vélo. L’épreuve de trois jours, qui a attiré une trentaine d’équipes, soit 182 coureurs amateurs, a vu sa fête gâchée. Un coureur, suspecté de dopage mécanique par la direction de la course, a pris la fuite avec son véhicule et un chauffeur à son bord.

Frédéric Lenormand, président et directeur de la course amateur, a tenté de l’intercepter. "J’ai voulu le rattraper pour faire le contrôler et ça n’a pas été possible." Il s'est mis face à son véhicule pour le dissuader à s'échapper. Mais le véhicule a tout de même démarré. "Je me suis retrouvé sur le capot de la voiture." Le président explique avoir été traîné "sur 200/300 mètres". Encore "un petit peu choqué", le lundi en fin de journée, il indique avoir été "légèrement blessé à un genou et un peu à la cheville". Dans la voiture, se trouvait également un de ses coéquipiers.

Après cet épisode, le président a décidé de reprendre la course, tout en excluant l'équipe du coureur concerné, l'AC Bellaingeoise. Frédéric Lenormand rapporte que le directeur sportif de l’équipe est venu dire qu’il "n’était pas au courant". 

"Un filet garni, avec un paquet de pâtes" pour tous les coureurs du 1ᵉʳ au dernier

Le président des Routes de l'Oise est "surpris" que cet épisode se déroule dans ce type de course, au niveau amateur, dans une course UFOLEP. Cette fédération est indépendante à la FFC (Fédération Française de cyclisme). Tous les coureurs qui terminent la course ont le même lot : "un filet garni, avec un paquet de pâtes. Il n’y a pas d’argent."

Frédéric Lenormand a cependant porté une plainte à l’encontre du coureur. Quant à la course, il souligne qu’elle a pu reprendre normalement et a pu finir sa 40e édition. Une édition qui s’est "bien passée" tient-il à souligner.

Au moment de la publication de l'article, nous n'avons pas réussi à joindre la direction de l'équipe. Daphnée Bos, dirigeante du club a rapporté à nos confrères du Courrier Picard que le coureur, ainsi que son coéquipier qui se trouvait dans le véhicule, "ont été immédiatement exclus" de l'équipe après les faits.

Une enquête judiciaire pour des faits de tentative d’escroquerie et de violence volontaire aggravée a été ouverte

Frédéric Trinh

Procureur de la République de Beauvais

Ce mardi 21 mai 2024, Frédéric Trinh, procureur de la République de Beauvais, nous a confirmé "qu'une enquête judiciaire pour des faits de tentative d’escroquerie et de violence volontaire aggravée a été ouverte, dans le cadre de la course cycliste "Les Routes de l'Oise"."

"Les premières investigations mettent en évidence qu’un coureur cycliste et son chauffeur ont été soupçonnés par les organisateurs de l’événement de fraude technologique, entraînant leur exclusion de la course", rapporte le procureur. "Le président des Routes de l’Oise, tentant d’arrêter les individus dans leur fuite en se plaçant devant leur véhicule, a été percuté et porté sur le capot sur plusieurs mètres, avant l’arrêt du véhicule. Par la suite, les deux individus sont finalement parvenus à quitter les lieux de l’événement."

Frédéric Trinh informe qu'un des mis en cause, "le chauffeur du véhicule, a été placé en garde à vue" ce mardi matin. Le cycliste a été convoqué fin de journée du mardi 21 mai.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité