Le Parc Astérix propose la vaccination sur site à ses salariés

Le Parc Astérix dans l'Oise s'aligne avec les mesures gouvernementales. Alors que l'entrée du parc sera réservée aux personnes titulaires d'un pass sanitaire à compter du 21 juillet ou d'un test PCR négatif, la direction propose la vaccination sur site à ses salariés.
Plus de 300 salariés devraient être vaccinés en trois jours.
Plus de 300 salariés devraient être vaccinés en trois jours. © Florie Castaingts - France Télévisions

Ils n'ont pas eu besoin de retirer leur tenue de travail. Les salariés du Parc Astérix à Plailly dans l'Oise ont pu quitter, s'ils le souhaitaient, leur poste quelques minutes pour recevoir leur première dose. "Je n'arrivais pas à avoir un rendez-vous rapidement. Ce n'était pas avant le 15 août. Là, c'était l'opportunité", raconte Jérémy Boidin, technicien de maintenance aux attractions. Un point de vue partagé par son collègue en cuisine : "Si j'ai décidé de me faire vacciner ici, c'est que c'est plus pratique. Ailleurs, il faut attendre longtemps."

Au total, 306 employés volontaires seront vaccinés en l'espace de trois jours. "Je pense que c'est pratique. Ça les rassure et ça ne leur prend pas de temps. C'est une opportunité qu'ils saisissent", analyse Pauline Derache, médecin généraliste présente sur place.

Parmi les 1000 saisonniers et 300 permanents que compte le parc, on ne connaît pas à ce jour le pourcentage de vaccinés. D'après la direction, il semblerait qu'ils soient 550 à vouloir le faire prochainement. "Ce n'est pas obligatoire. Nous proposons simplement, c'est uniquement sur la base du volontariat. On est très fier de cela", argumente Sébastien Retailleau, directeur général adjoint du Parc Astérix. Pour les salariés qui ne souhaitent pas se faire vacciner, des tests devraient être effectués régulièrement.

Pass sanitaire obligatoire ou test PCR négatif dès le 21 juillet

Le pass sanitaire ou la présentation d'un test antigénique ou PCR négatif de moins de 48 heures conditionnera l'entrée du parc pour les visiteurs à compter du 21 juillet pour les 18 ans et plus. "Si les visiteurs n'ont pas le pass sanitaire, nous leur demanderons de sortir et de se diriger vers le centre de dépistage. Ils auront la réponse en 10 minutes. Si c'est négatif, le site leur sera ouvert", détaille Nishanth Selvakumar, responsable des entrées. Le test coûtera en moyenne une vingtaine d'euros. Quant au masque, il reste obligatoire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs covid-19 santé société